Réalité virtuelle : Facebook achète Oculus

Que compte faire Facebook avec de la réalité virtuelle ? Il est certainement encore trop tôt pour le dire, mais le réseau social s’y prépare en faisant l’acquisition d’Oculus.

Les plateformes d’aujourd’hui sont depuis longtemps connues, mais quelles seront les plateformes du futur ? C’est en évoquant « les plateformes de demain » que Mark Zuckerberg a annoncé le rachat du spécialiste de la réalité virtuelle Oculus.

Un peu plus d’un mois après avoir mis sur la table 19 milliards de dollars pour racheter WhatsApp, Facebook va donc débourser 2 milliards de plus pour l’acquisition d’Oculus. Si WhatsApp permet au réseau social de renforcer sa présence sur les appareils mobiles qu’en est-il de la réalité virtuelle ?

En faisant l’acquisition d’Oculus, Facebook semble à priori intéressé par les jeux vidéo vus que c’est dans ce domaine que la startup californienne est spécialisée. Son seul produit est l’Oculus Rift, un casque à réalité augmentée à l’intention des jeux vidéo dont plus de 75 000 kits de développement ont été commandés.

Mais pourquoi ne pas imaginer l’utilisation d’un casque pour assister à des cours virtuels, faire des achats dans un magasin virtuel ou encore aller consulter son banquier ou son médecin ? Pour Mark Zuckerberg, « Les plateformes du futur joueront avec notre vision, pour la modifier afin de créer des expériences augmentées et immersives ».

Si le fondateur de Facebook semble enthousiaste par son acquisition, les investisseurs le sont nettement moins vu que le titre du réseau social perdait 0,82% à 64,89 dollars dans les échanges électroniques suivant la séance officielle.

Facebook acquiert Oculus (réalité virtuelle)
Facebook acquiert Oculus (réalité virtuelle)

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiTools : alternative à iTunes
Article suivantPhotowall : un service collaboratif sur la base de Chromecast

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here