Réchauffement climatique : quel lien avec les territoires ?

On sait que le réchauffement climatique est inéluctable. Ce que l’on ne sait pas encore, ce sont ses effets, notamment sur les territoires. Quels seront-ils ?

Le monde entier s’est mis d’accord pour éviter que le réchauffement climatique dépasse la limite des 2°C. Tout le monde en parle, il est donc inutile de revenir sur cette problématique où tout le monde doit faire des efforts à son échelle. Dès lors, pourquoi revenir sur ce sujet ? Parce qu’une étude vient de faire le lien entre les émissions de gaz à effet de serre et l’effet que cela a sur un territoire.

Des spécialistes en simulation et analyse climatique au consortium Ouranos sont arrivés à la conclusion qu’une augmentation d’une tératonne (1000 milliards de tonnes) de CO2 dans l’atmosphère se traduirait par un réchauffement mondial de la température de 1,7°C.

Le plus intéressant, c’est qu’ils ont aussi déterminé que ce réchauffement serait de 3°C au Québec, de 2,2°C en moyenne sur l’ensemble de la masse continentale du globe, de 1,4°C pour les superficies occupées par les océans. Dans leur étude, ce sont les régions de l’Arctique qui souffriraient le plus avec un réchauffement de l’ordre de 5°C.

À la différence des précédentes études qui liaient les émissions à un réchauffement global, cette étude s’attache donc à lier les émissions au réchauffement des territoires. Grâce aux résultats de cette étude, il est possible de savoir que les effets apparaitront plus rapidement dans certaines régions que d’autres, qu’ils y seront aussi plus marqués.

Sur la carte que les chercheurs ont réalisé, plus les zones sont rouges, plus elles sont soumises à un réchauffement supérieur à la moyenne. Respectivement, plus les zones sont bleus foncés, plus le réchauffement sera moins important que la moyenne.

On constate notamment que les océans se réchaufferont moins. C’est à la capacité thermique de l’eau, sa faculté de pouvoir absorber de la chaleur. Ce n’est pas qu’ils ne se réchauffent pas, c’est juste qu’ils le font plus lentement que les continents.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBesoin de place ? La BMW Série 3 Touring en propose
Article suivantCombien de planète dans notre système solaire ? A priori 9 !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here