Renault : le Kadjar sera le grand frère du Captur

Bien qu’il n’existe aucune photographie officielle le grand frère du Captur, on sait officiellement que Renault la baptisé Kadjar.

Depuis que Carlos Ghosn avait confirmé l’arrivée d’une variante crossover de la prochaine Mégane pour le mois de juin 2015, de nombreuses spéculations circulaient sur le nom du grand frère du Captur. Ce ne sera ni Altica, ni Dejeyo ou les autres patronymes qui circulaient, mais Kadjar.

C’est ce lundi 26 janvier, une semaine avant sa présentation officielle le 2 février prochain, que Renault a officialisé le nom de Kadjar.

Le constructeur automobile justifie ce nom de la manière suivante : « Kadjar est un nom masculin construit autour de KAD et JAR. KAD s’inspire directement de quad, véhicule à quatre roues tout-chemin, alors que JAR rappelle à la fois les mots agiles et jaillir. La sonorité et l’orthographe de Kadjar sont teintées d’exotisme, invitant ainsi l’aventure et la découverte de nouveaux horizons. »

Il est précisé que « Avec une attaque en K qui évoque la robustesse, Kadjar s’inscrit de manière naturelle dans l’univers des crossovers de la marque Renault, aux côtés de Captur et de Koleos ».

Alors qu’il n’existe pour le moment aucune photo officielle du Kadjar, sa mission s’annonce compliquée vu que ce crossover aura la mission de réussir là où le Koleos a échoué, séduire une clientèle qui représente tout de même 20% du marché européen.

Il est à noter que le Kadjar est construit sur la base du Nissan Qasqai, la plateforme CMS de l’Alliance Renault Nissan.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRCZ R Bimota : Peugeot dévoile une version unique de 304 chevaux
Article suivantUn astéroïde passera très près de la Terre ce 26 janvier

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here