ResearchKit : Apple va collecter des tonnes de données personnelles !

Apple a profité de sa keynote pour donner des détails au sujet de ResearchKit, sa nouvelle plate-forme de collecte de données personnelles.

Alors que bon nombre d’observateurs de la keynote d’Apple se sont focalisés sur l’Apple Watch et le MacBook 12 pouces, une annonce ne fait pas les gros titres alors qu’elle pourrait être très importante. En effet, la firme de Cupertino a lancé ResearchKit, une plate-forme de collecte de données personnelles dédiées à la recherche médicale.

ResearchKit est une application destinée à collecter des données sur la santé des utilisateurs, sur la base du volontariat. « Cet outil donnera à la communauté scientifique l’accès à une population diverse et à des moyens variés pour collecter des données », a par exemple expliqué Jeff Williams, un des responsables d’Apple.

Apple explique que « Les informations concernant la santé de l’utilisateur seront stockées, centralisées et sécurisées dans un espace dédié. L’utilisateur est en mesure de décider quelles données seront partagées avec l’application ». « Nous savons à quel point vous appréciez l’intimité de vos informations et ResearchKit a été conçu dans cet esprit. Vous pouvez choisir quelles études rejoindre, vous contrôlez les informations que vous fournissez, à quelles applications vous les donner, et pouvez voir les données que vous voulez partager », précise la page de ResearchKit consacrée à la vie privée.

En fouillant un peu, on découvre que ResearchKit collectera surtout des données biométriques spécifiques liées aux domaines de recherche : l’asthme, la maladie de Parkinson, le diabète, le cancer du sein, et les maladies cardiovasculaires.

Alors que cette initiative est parfaitement légitime dans le but de faire avancer la médecine, il est tout de même bon de mettre en garde sur le fait que ce n’est pas parce que ces informations sont privées que cela signifie forcément qu’elles sont en sécurité.

donnee-apple

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSamsung va à l’essentiel avec le Galaxy J1
Article suivantNSA : la Fondation Wikimédia porte plainte

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here