Samsung : prêt à tout pour rester sur le marché américain

Déjà condamné à devoir verser une somme astronomique à Apple, Samsung se déclare « prêt à tout » pour assurer la disponibilité de ses produits sur le marché américain alors que plusieurs produits sont sous la menace d’une interdiction de commercialisation.

Condamné la semaine dernière par un tribunal de San José en Californie à devoir indemniser Apple pour avoir violé ses brevets et copié ses populaires iPad et iPhone, Samsung risque en plus que certains de ses produits soient interdits de vente aux États-Unis. En effet, la firme de Cupertino demande une interdiction provisoire de toute une série de smartphones, dont certains Galaxy.

Les huit modèles directement visés par la firme à la pomme sont le Galaxy S 4G, le Galaxy S2 AT&T, le Galaxy S2 Skyrocket, le Galaxy S2 T-Mobile, le Galaxy S2 Epic 4G, le Galaxy S Showcase, le Droid Charge et le Galaxy Prevail. Le Galaxy S3, lancé il y a quelques mois seulement, n’est pour l’instant pas concerné.

En réponse à cette menace, le numéro un mondial des téléphones portables a promis d’engager « tous les moyens nécessaires », voire une modification de ses modèles, pour défendre la présence de ses produits sur le marché américain. « Nous engagerons tous les moyens nécessaires pour assurer la disponibilité de nos produits sur le marché américain », a en effet annoncé Samsung dans un communiqué publié mardi.

Par ailleurs, le groupe sud-coréen a également annoncé qu’il contesterait le verdict de la justice américaine, sans exclure d’apporter des modifications à certains des téléphones incriminés pour rester sur le marché et conserver sa place de leader.

Pour finir, selon un autre document judiciaire, Samsung a demandé à la justice américaine de lever l’interdiction de vente frappant depuis le 26 juin sa tablette Galaxy Tab 10.1 car le tribunal californien n’avait finalement pas retenu qu’elle enfreignait des brevets d’Apple.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : sortie de l’iPhone, puis de l’iPad Mini
Article suivantFree : de nouveaux investissements pour le très haut débit

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here