Comme Saturne, Mars pourrait un jour avoir un anneau

Notre système solaire pourrait compter une nouvelle planète avec un anneau : Mars. C’est ce que révèle une étude.

Un anneau autour de Mars ? Cela semble inconcevable aujourd’hui. C’est pourtant ce qu’annonce une étude… d’ici 20 à 50 millions d’années.

Cet anneau ne va pas surgir de nulle part. C’est en fait Phobos, la plus grande lune de Mars, qui est trop près d’elle et se fait attirer. De fait, à terme, elle va finir par se désintégrer. Lorsque cela arrivera, les plus gros morceaux s’écraseront sur la planète rouge alors que les plus petits formeront un anneau.

Alors que cette désintégration est qualifiée de « inévitable » par les astronomes et géologues de l’université de Berkeley (États-Unis) qui ont fait cette étude, il est aussi précisé que cet anneau ne sera pas éternel. En fait, sa vie dépendra de sa distance de la planète.

« Si Phobos se disloque très près de Mars, c’est probablement un anneau étroit qui se formera, aussi dense que les plus massifs de Saturne. Si la destruction de la lune se produit plus loin, l’anneau sera large et persistera au moins 100 millions d’années. Car il est, lui aussi, voué à disparaître, happé par la force d’attraction de Mars », explique Tushar Mittal, un des auteurs de l’étude.

Pour ce qui est de voir cet anneau, cela s’annonce compliqué depuis la Terre. On ne sera déjà plus là pour le voir, cela sera donc nos descendants qui pourront l’observer. Ensuite, il a peu de chances d’être visible. Par contre, avec un télescope, son ombre pourrait être visible à la surface de Mars.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDes barrettes de 128 Go de RAM pour vos ordinateurs… mais pas tout de suite
Article suivantLa Peugeot 308 R Hybrid a de quoi séduire, mais arrivera-t-elle en concessions ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here