SFR : Bouygues Telecom maintient la pression

Après avoir perdu le premier round vu que Vivendi est entrée en négociations exclusives avec Numericable, Bouygues Telecom maintient la pression en revenant à la charge avec une nouvelle offre réévaluée.

Est-ce que seul l’aspect financier compte aux yeux de Vivendi au sujet de la reprise de SFR ? C’est ce que semble penser Bouygues Telecom qui vient de proposer une nouvelle offre avec 13,15 milliards d’euros en cash contre 11,75 milliards d’euros pour son concurrent, mais aussi en prolongeant la durée de validité de son offre jusqu’au 25 avril.

Il faut dire qu’en ayant désigné Numericable pour entrer négociations exclusives, Bouygues Telecom se retrouve sur la touche pour trois semaines. Après avoir perdu ce premier round, le groupe de Martin Bouygues compte donc maintenir la pression sur la reprise de SFR alors que ces négociations exclusives devraient normalement prendre fin le 4 avril prochain.

Il faut par ailleurs préciser que Bouygues Telecom s’est engagée à verser 500 millions d’euros d’indemnité de rupture à Vivendi, un montant qui serait dû si son offre de rachat de SFR serait acceptée, mais rejetée par l’Autorité de la concurrence ou si l’opérateur retirait son offre. Prolonger le délai semble donc logiquement la meilleure solution à l’heure actuelle.

Il faut par ailleurs préciser que par l’Autorité des marchés financiers a remis à l’ordre les différents protagonistes de ce rachat au sujet de leur communication, leur reprochant notamment l’opacité de leur communication au sujet de cette acquisition, pointant du doigt tout autant Bouygues, Numericable et SFR.

Une chose est certaine, à l’heure actuelle rien n’est encore décidé sur l’avenir de SFR, un avenir qui risque bien de faire couler encore beaucoup d’encre.

Des logos de magasins Bouygues Telecom et SFR.
Des logos de magasins Bouygues Telecom et SFR.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe 10e anniversaire de Gmail : Zoom sur les changements !
Article suivantCapturez des Pokémon et gagnez un job chez Google : est-ce un poisson d'avril ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here