Smartphones : la recharge sans fil s’impose en 2015

La grande tendance 2015 en matière de smartphone sera qu’ils vont de plus en plus adopter la recharge sans fil.

Quel est le point commun entre Samsung et Ikea ? La recharge sans fil. Le fabricant sud-coréen de smartphones a en effet annoncé que son nouveau Galaxy S6 est doté de la recharge sans fil. De son côté, le géant du meuble suédois a annoncé qu’il lancera une ligne de tables de chevet, de lampes et de bureaux dotés de recharges sans fil.

De fait, cela semble bien vouloir démontrer que la recharge sans fil va s’imposer sur les smartphones en 2015.

Alors que plusieurs systèmes de recharge sans fil sont en vigueur, tant Samsung qu’Ikea ont choisi Qi, une solution proposée par un consortium d’environ 200 entreprises. Créée en 2008, cette norme est aujourd’hui la plus répandue dans le monde, avec des points de recharge dans 3 000 hôtels, restaurants, aéroports et espaces publics. Elle est par ailleurs déjà prise en charge par plus de 80 modèles de téléphones, alors que 15 types de voitures et d’accessoires en sont équipés.

La recharge sans fil apporte bien évidemment un aspect pratique avec le fait qu’il ne faille plus fournir de câbles pour recharger. De plus, l’adoption d’une norme commune simplifie la recharge pour les utilisateurs vus qu’ils n’auront plus à se préoccuper que leur chargeur soit obsolète.

Si un smartphone n’est pas équipé de la recharge sans fil, ce n’est pas grave, il existe des adaptateurs, sous forme de coque de téléphone ou de petits accessoires.

De fait, l’année 2015 risque bel et bien d’être celle de la démocratisation de la recharge sans fil.

Le seul frein possible serait que les standards Qi, PMA et A4WP se tirent dans les pattes, ce qui ne sera vraisemblablement pas le cas vu que des efforts sont faits pour tenter de les rapprocher et renforcer la croissance de ce marché.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUn fossile repousse de 400 000 ans l’origine de l’homme
Article suivantiPhone : de la localisation même éteint

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here