Solar Impulse 2 : prêt à parcourir 8 500 kilomètres au-dessus du Pacifique

L’avion solaire expérimental Solar Impulse 2 est désormais prêt à s’élancer au-dessus du Pacifique pour franchir les 8 500 kilomètres qui séparent Nankin d’Hawaï.

Piloté par Bertrand Picard, Solar Impulse 2 a atterri à Nankin, dans l’est de la Chine, il y a maintenant deux semaines. Après une phase de révision de l’avion solaire expérimental, celui-ci est désormais prêt à s’élancer au-dessus du Pacifique pour la plus longue étape de ce périple autour du monde, un vol de 8 500 kilomètres qui devra permettre de relier Hawaï.

Alors que Solar Impulse 2 vole à une vitesse comprise entre 50 et 100 km/h, cette étape va être la plus périlleuse vu qu’elle devrait durer cinq à six jours (et nuits) de vol pour André Borschberg, dans un cockpit qui n’est ni pressurisé ni chauffé.

Si ce vol est couronné de succès, il s’agira du plus long vol jamais réalisé par un appareil propulsé par la seule énergie solaire.

« On a pris beaucoup de mesures pour réduire les risques », a assuré le pilote lors d’une conférence de presse. « C’est une occasion extraordinaire de me découvrir moi-même », a précisé André Borschberg.

« Il y aura un moment de vérité, je veux dire que le gros point d’interrogation sera : va-t-on y parvenir ? », a-t-il déclaré aux journalistes. Pour cet ancien pilote de l’armée de l’air suisse, reconverti en entrepreneure, c’est au yoga qu’il va recourir pour lutter contre le stress durant le vol.

« Je crois maintenant que nous sommes prêts », a pour sa part déclaré Bertrand Picard. « Nous avons juste à attendre une bonne météo pour y aller », a-t-il ajouté.

Alors qu’un possible décollage était annoncé pour ce mardi, une porte-parole a indiqué que le départ le plus proche est désormais prévu pour samedi.

Solar Impulse 2 a débuté son tour du monde avec escales d’Abou Dhabi, le 12 mars dernier. L’avion y est attendu le mois prochain, au terme de son périple qui aura alors totalisé 35 000 kilomètres.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’ISSpresso a servi son premier expresso spatial
Article suivantAndroid : presque 10% pour Lollipop

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here