La sonde OSIRIS-REx est en route vers l’astéroïde Bennu

OSIRIS-REx a décollé comme prévu de Cap Canaveral. La sonde est désormais en route vers l’astéroïde Bennu pour une mission qui doit durer sept ans.

C’est dans la nuit de jeudi à vendredi que la NASA avait prévu de faire décoller la mission OSIRIS-REx (Origins-Spectral Interpretation-Ressource Identification-Security-Regolith Explorer). Le décollement s’est déroulé à l’heure prévue. C’est de Cap Canaveral, en Floride, qu’un lanceur Atlas V a décollé à 1 h 5 du matin (heure de Paris).

Alors que la mission OSIRIS-REx doit durer sept ans, la sonde est maintenant en route vers Bennu. C’est en 2018 que l’astéroïde, qui est la cible de la mission, sera atteint.

Ramener des échantillons et l’objectif principal d’OSIRIS-REx

C’est en aout 2018 qu’il est prévu que la sonde OSIRIS-REx rejoigne Bennu, un astéroïde situé entre 448 000 kilomètres et 344 millions de kilomètres de la Terre. Il s’agit d’un gros caillou d’une taille de 492 mètres de diamètre pour une masse de 77,6 tonnes tournant en 1,2 année autour du Soleil.

Une fois arrivée à destination, la première tâche d’OSIRIS-REx va être de cartographier Bennu. Cette cartographie détaillée en 3D va servir à mieux comprendre l’effet Yarkovsky qui peut largement influencer la trajectoire des astéroïdes, une connaissance indispensable pour mieux prédire la trajectoire des astéroïdes et des comètes susceptibles de percuter notre planète.

Cette cartographie détaillée va aussi servir à déterminer les minéraux et substances chimiques se trouvant à la surface de l’astéroïde dans le but de sélectionner un emplacement où seront prélevés des échantillons. Pour réaliser cette cartographie, il est prévu que la sonde s’approche à 240 mètres de Bennu.

Comme l’explique Dante Lauretta, professeur des sciences planétaires à l’Université d’Arizona et responsable scientifique de la mission, « Le principal objectif d’OSIRIS-REx est de ramener au moins 60 grammes de matériaux riches en carbone qui seront prélevés à la surface de l’astéroïde Bennu ». « Cela correspond aux espoirs, rêves, sang, larmes et sueur de la centaine de personnes qui ont travaillé sur cette mission », a-t-il publié sur Twitter.

Alors que les échantillons récoltés par OSIRIS-REx pourraient même aller jusqu’à deux kilos, cette quantité de matériaux extraterrestres ramenée par la NASA serait tout simplement la plus importante depuis le programme Apollo (1969-1972).

Donner des indices sur les origines de la vie

Si les prélèvements faits sur Bennu sont importants pour les scientifiques, c’est parce qu’ils pourraient fournir des informations et des indices précieux sur les origines de la vie. « Nous espérons que ces échantillons contiendront des molécules organiques datant des débuts du système solaire, il y a 4,5 milliards d’années. Elles pourraient fournir des informations et des indices précieux sur les origines de la vie », précise Dante Lauretta.

C’est en juillet 2020 qu’il est prévu que la sonde OSIRIS-REx entre en contact avec Bennu. Ce contact ne durera que quelques secondes, le temps pour le bras de la sonde de ramasser des roches et de la poussière avec une sorte d’aspirateur. Les matériaux prélevés seront alors stockés dans une capsule. Il est ensuite prévu que la sonde quitte le voisinage de l’astéroïde en mars 2021 pour un voyage de retour qui doit durer deux ans et demi.

À proximité de la Terre, la capsule contenant les échantillons sera éjectée. Il est prévu qu’elle entre dans l’atmosphère et se pose en douceur, freinée par des parachutes, près de Salt Lake City. Une fois récupérés, les échantillons seront acheminés dans les locaux de la NASA à Houston. La mission de la sonde Osiris-Rex ne va pas s’achever de cette façon. La sonde va ensuite rester en orbite autour du Soleil dans l’attente d’une éventuelle nouvelle affectation.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here