Sony : est-ce la prochaine victime de la concurrence ?

En finissant dans le rouge son premier semestre comptable, les résultats financiers de Sony sont loin des attentes de sa direction, mais aussi des investisseurs. Est-ce que l’inventeur du walkman sera la prochaine victime de la concurrence ?

Les chiffres des ventes sont clairs : 14 millions de téléviseurs vendus au lieu de 15 millions, 5,8 millions de PC au lieu des 6,2 millions espérés, 12 millions d’appareils photo échoués contre un budget de 12,5 millions, ou encore 2,3 millions de caméscopes plutôt que 2,5 millions. Tous les chiffres sont en deçà des prévisions, ce qui se traduit par des résultats semestriels dans le rouge.

Si Sony table encore sur un bénéfice annuel de 30 milliards de yens, c’est bien loin des 50 milliards escomptés. Les perspectives globales ne sont donc pas très bonnes malgré les bons résultats des smartphones Xperia et la prochaine commercialisation de la console de jeu vidéo de salon PlayStation 4.

Sony semble souffrir d’une incapacité à suivre le train imposé par la concurrence, Samsung et LG Electronics en tête. Même si des actifs ont été vendus à tour de bras ces derniers mois, même si son mode de fonctionnement a été revu avec davantage de sous-traitance, moins d’usines et moins d’effectifs, les mesures prises jusqu’à maintenant n’ont pas suffi à redresser la barre.

Pour les analystes, la situation est sans appel, Sony est opéré des changements plus draconiens encore. Pour les investisseurs, c’est encore pire… le titre perdant 11,13% ce vendredi.

La situation n’est pas sans rappeler la situation de BlackBerry. Est-ce que Sony sera la prochaine victime de la concurrence ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBourse : coup de pouce de Facebook à Twitter ?
Article suivantRappel des iPhone 5S : c’est le numéro de série qui fera foi

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here