Sony : pas de spyware chinois dans les Xperia

De grandes interrogations s’étaient propagées à une vitesse grande V suite à la découverte d’un dossier Baidu dans les Xperia, mais aussi des échanges de données avec la Chine. Sony rassure : il ne s’agit pas d’un spyware. sony-pas-spyware-chinois-les-xperia

Non, les Xperia ne contiennent pas de spyware chinois, c’est ce que vient de déclarer Sony qui tente de rassurer tous les utilisateurs qui s’interrogent au sujet de l’existence d’un dossier Baidu dans leur appareil, et des communications avec la Chine.

C’est par un biais d’un communiqué que Sony indique que son application MyXperia utilise une interface de programmation de la société Baidu, ce qui explique la présence de ce fameux dossier « Baidu ».

Pour ce qui est des communications avec la Chine, Sony explique que l’application de sécurité MyXperia, préinstallée sur les Xperia, aide à localiser et verrouiller à distance le smartphone en cas de perte ou de vol. Dans le but de proposer une couverture maximale, l’application est conçue pour être compatible avec le service Google Cloud Messaging et le système de notifications push Baidu, deux services qui sont activés par défaut.

Sony explique encore que MyXperia utilise un système de notifications push et ne conserve aucune donnée utilisateur ayant vocation à être transmise à Baidu.

La marque japonaise conclut en affirmant prendre très au sérieux la sécurité et la protection des données des consommateurs.
Après que des rumeurs malsaines se soient propagées au sujet des Xperia, Sony a fini par sortir de sa réserve pour compléter un sérieux manque d’information de sa part.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNintendo veut aussi se lancer dans la santé !
Article suivantGoogle Fit : l’application, le SDK et les API sont disponibles

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here