SpaceX reporte son lancement historique à vendredi

C’est à la dernière minute que SpaceX a annulé le lancement historique de sa fusée Falcon 9, un lancement qui est reporté à vendredi.

C’est ce mardi, à 11h20 GMT, que la fusée Falcon 9 de SpaceX aurait dû normalement décoller de Cap Canaveral avec comme passager à son bord la capsule Dragon. Cette capsule doit acheminer 2,2 tonnes de fret à la Station spatiale internationale (ISS), notamment des provisions pour les six membres d’équipage, du matériel et des équipements pour des expériences scientifiques, ainsi que des outils et des pièces de rechange.

C’est au dernier moment que ce décollage n’a pas eu lieu vu qu’il restait moins de deux minutes dans le compte à rebours avant le lancement. Selon les propos de la retransmission en direct sur la chaine de télévision de la NASA, c’est un problème technique qui a provoqué l’interruption de la procédure de lancement. Le commentateur a précisé que « Le compte à rebours est terminé pour aujourd’hui […] en raison d’un problème technique dans le second étage de la fusée ».

Une nouvelle tentative devrait avoir lieu vendredi matin, à 10h09 GMT.

Il est à préciser que ce lancement devrait être historique, non pas à cause de la capsule Dragon qui assurera son cinquième ravitaillement de l’ISS, mais en raison de la tentative de récupérer le premier étage de la fusée Falcon 9.

En effet, quelques minutes après le décollage de la fusée, SpaceX va tenter de faire atterrir en douceur le premier étage sur une barge flottante située à quelque 322 kilomètres des côtes du nord de la Floride. C’est sur une plateforme d’atterrissage de 91 mètres de large sur 170 mètres de long que devrait se poser l’étage de la Falcon 9.

Alors que le prix d’un lancement coûte des millions de dollars, notamment en raison des lanceurs qui ne sont pas récupérés une fois que leur mission est accomplie, l’idée d’Ellon Musk, le patron de SpaceX, est de récupérer les étages du lanceur dans le but de les réutiliser pour réduire sensiblement les coûts d’un lancement. « Notre objectif est d’effectuer le plus de lancements possible tout en réduisant les coûts […] ce qui aurait un impact énorme sur le secteur du lancement », explique pour sa part Hans Koenigsmann, le directeur de la mission à SpaceX.

SpaceX travaille depuis deux ans sur des technologies qui puissent permettre cette prouesse. À deux reprises, l’année dernière, il a déjà été possible de faire descendre et amerrir en douceur le premier étage d’une fusée Falcon. Mais réussir un atterrissage précis sur une plateforme flottante non amarrée dans l’océan est « beaucoup plus difficile » , avait expliqué Ellon Musk. « Contrôler le premier étage de Falcon qui mesure l’équivalent d’un immeuble de 14 étages avançant à 2 092 km par seconde revient à essayer de maîtriser un manche à balai posé sur la paume de la main en pleine tempête », commente SpaceX.

Pour réussir cet exploit, il est prévu qu’après la séparation du deuxième étage, soit environ trois minutes après le décollage, le premier étage rallume ses moteurs en rétropropulsion à trois reprises pour freiner sa descente alors qu’il sera guidé par ses ailerons.

Si ce décollage vise à récupérer le premier étage du lanceur, il faut encore préciser que SpaceX prévoit également, à plus long terme, d’également récupérer le second étage.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPagesJaunesDoc : un service de rendez-vous dédié aux professionnels de la santé
Article suivantPlayStation 4 : Sony annonce 18,5 millions d’exemplaires vendus

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here