Science

SpaceX se prépare au prochain lancement de son Falcon 9

La mise à feu statique de la Falcon Heavy de SpaceX en Floride

La mise à feu constitue une étape importante avant le lancer inaugural prévu pour fin janvier et qui aura à son bord la Tesla Electrique rouge d’Elon Musk à destination de la planète Mars en guide de charge utile. Elle devrait être placée en orbite héliocentrique pendant que l’autoradio de la voiture jouera Space Oddity de David Bowie.

Elon Musk concède que « Les chances de réussite sont faibles, mais que cela vaut le coup d’essayer ». Il y a « beaucoup de risques associés à la Falcon Heavy » et « une chance réelle que le véhicule n’atteigne pas son orbite. » En cas d’échec, une puissante explosion pourrait avoir lieu au-dessus de l’Atlantique. Ou le pas de tir et ses équipements seront détruits. En cas de succès, le Falcon Heavy sera le lanceur le plus puissant de l’histoire avec une poussée maximale de 2500 tonnes par 27 moteurs, soit à peu près 18 Boeing 747 et pourra mettre jusqu’à 63,8 tonnes en orbite basse, 26,7 tonnes en orbite de transfert géostationnaire, 16,8 tonnes vers Mars et 3,5 tonnes vers Pluton en plus de la possibilité de réutiliser les propulseurs grâce à leur recyclage et le défi technique de leur réception après utilisation.

Les équipes au sol ont commencé la préparation du prochain lancement du Falcon 9, prévu pour le 30 janvier avec à son bord un satellite de télécommunications pour SES et pour le gouvernement du Luxembourg. Les responsables de SpaceX ont laissé entendre que leur fusée n’était pas à blâmer pour mise en orbite ratée de dimanche dernier.

Elon Musk a annoncé sur son compte Twitter que le lanceur de 7 mètres de haut a été érigé verticalement sur l’ancien pas de tir des missions Apollo. Les équipages effectueront un test de remplissage du réservoir et un test de mise à feu statique qui consiste à allumer les moteurs pendant 12 secondes.

Le prochain satellite destiné à voler sur une fusée SpaceX Falcon 9 est arrivé à Cape Canaveral avant un décollage prévu le 30 janvier. La fenêtre de lancement du 30 janvier s’ouvrira à 16h23. EST (2123 GMT) et s’étendra sur 134 minutes. Les techniciens alimenteront le satellite, nommé GovSat 1, avec un propulseur à base d’hydrazine et de tétroxyde d’azote dans les prochains jours, puis le fermeront dans le carénage de la charge utile semblable à une benne du Falcon 9. Les responsables du SES ont confirmé cette semaine que les préparatifs sont en cours pour le 30 janvier. Un étage de propulsion Falcon 9 recyclé qui a volé le 1er mai avec la charge NROL-76 du gouvernement américain lancera le vaisseau spatial GovSat 1 vers l’espace et un second étage tout droit sorti de l’usine va finir le travail.

Le satellite GovSat 1, également connu sous le nom de SES 16, est détenu par GovSat, une entreprise publique privée détenue par le gouvernement luxembourgeois et SES. Le vaisseau spatial qui a été construit par Orbital ATK à Dulles, en Virginie, se dirigera vers l’orbite géostationnaire sur plus de 36 000 kilomètres au-dessus de l’équateur.

« Nous nous sommes engagés à remplir notre mission de fournir des services de communication par satellite sécurisé aux gouvernements et aux institutions », a déclaré Patrick Biewer, PDG de GovSat. « GovSat 1, avec sa charge utile hautement flexible dotée de capacités avancées de chiffrement et d’antibrouillage, sécurisera davantage la connectivité pour les applications de nos utilisateurs. Nous sommes incroyablement excités par le lancement prochain de ce satellite. »

GovSat partagera la capacité de communication du satellite avec les alliés luxembourgeois de l’OTAN.

Peu de détails concernant le but de la mission Zuma ont été communiqués jeudi, quatre jours après que la charge utile top secrète ait décollé sur une fusée SpaceX Falcon 9 depuis la base de Cap Canaveral. Mais de nombreux reportages, citant des sources gouvernementales non identifiées, ont indiqué que le satellite est apparemment rentré dans l’atmosphère de la Terre après avoir échoué à se déployer depuis la deuxième étape du Falcon 9. Si cela est vrai, le vaisseau spatial et la fusée sont probablement tombés dans l’océan Indien, où le deuxième étage du Falcon 9 devait réintégrer après avoir relâché Zuma en orbite.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir par désactiver votre bloqueur de publicité.