Steve Jobs – Man in the Machine : un documentaire peu flatteur

[VIDÉO] Le documentaire « Steve Jobs – Man in the Machine » risqué de faire couler beaucoup d’encre vu qu’il livre un portrait peu flatteur du cofondateur d’Apple.

C’est dans le cadre du festival South by Southwest, qui se tient actuellement à Austin, qu’Alex Gibney a présenté son film « Steve Jobs – Man in the Machine », un documentaire de plus de deux heures qui présente l’ancien patron d’Apple sous un côté peu connu du grand public.

En fait, ce documentaire n’est pas très flatteur pour Steve Job, notamment en montrant qu’il n’a pas toujours été très tendre avec ses employés.

« Quand j’ai commencé, je pensais que Jobs était un inventeur », explique Alex Gibney. « Maintenant je ne crois pas qu’il l’était. Je pense qu’il savait comme pousser les gens et qu’il savait raconter une histoire. Il est devenu un conteur pour l’ère informatique. Mais toutes les histoires qu’il a racontées n’étaient pas vraies », ajoute-t-il.

Actuellement sorti uniquement aux États-Unis, « Steve Jobs – Man in the Machine » suscite la controverse et provoque de très nombreuses critiques. Variety indique que le documentaire « débite de manière convenue les moments clés » de la carrière de Steve Jobs, alors que le critique Justin Chang préciser que « ce qui semble fasciner le plus Gibney […] ce sont les failles bien connues du personnage. D’une certaine manière, le film est un hommage aux nombreux hommes et femmes brillants qui entouraient Steve Jobs ».

Selon Eddy Cue, ce film ne reflète pas la réalité. « Vraiment déçu de Steve Jobs: Man in the Machine. Un point de vue incorrect et orienté vers la méchanceté de mon ami. Ce n’est pas un reflet du Steve que je connaissais », a-t-il tweeté, avant d’ajouter « La meilleure représentation est sur le point de sortir, le livre Becoming Steve Jobs. Bien fait et le premier à être juste ».

Comme le rappelle le Guardian, Steve Jobs n’avait accepté de verser une pension alimentaire à sa fille qu’après qu’un test ADN a prouvé sa paternité. Et encore, il s’agissait de seulement 500 dollars alors que sa fortune personnelle était alors estimée à 200 millions de dollars.

Il est à préciser que ni Apple, ni Laurene Powell, la veuve de Steve Jobs, n’ont accepté de participer à ce film.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAeromobil : la voiture volante arrive
Article suivantX5 xDrive 40e : le premier hybride rechargeable de BMW

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here