Technicolor : une expansion remise en cause par la réduction du crédit d’impôt

Technicolor a prévu d’une expansion au Canada de filiale Moving Picture Company (MPC). La baisse du crédit d’impôt décidé par Québec remet en cause le projet.

La multinationale Technicolor est actuellement présente au Canada par l’entremise d’une implantation à Vancouver, un studio à Montréal et par un studio d’effets visuels à Toronto. Dans le cadre du dernier budget, le crédit d’impôt pour effets visuels était de 45% au Québec et en Ontario, et de 39% en Colombie-Britannique.

En décidant de faire passer le crédit d’impôt à 36%, le Québec devient la province la moins généreuse, donc aussi la moins attractive, une donnée importante au moment où Technicolor prévoit une expansion au Canada de sa filiale Moving Picture Company (MPC).

Comme l’explique Frédéric Rose, directeur général du Groupe Technicolor, « La décision aurait été très facile à prendre il y a deux ou trois mois, mais nous n’étions pas mûrs pour la prendre à ce moment-là ». Enchainant sur la baisse du crédit d’impôt, il ajoute que « Cette décision nous amène à nous reposer la question sur la localisation de notre prochain gros investissement ».

De fait, il n’est pas encore certain que Technicolor double la taille de son studio d’effets visuels à Montréal, ce qui signifie que ce serait au moins 200 emplois de plus qui pourraient ne pas être créés !

Se déclarant « préoccupé » par la baisse du crédit d’impôt québécois, Frédéric Rose compte tout de même s’entretenir avec la commission de révision de la fiscalité avant de prendre une décision.

Pour finir, il est bon de préciser que les effets visuels du dernier X-Men ont presque été faits entièrement à Montréal et que les studios travaillent actuellement sur Cinderella et Into the Woods, deux projets des studios Disney.

Frédéric Rose, directeur général du Groupe Technicolor, se dit «préoccupé» par la baisse du crédit d'impôt québécois.
Frédéric Rose, directeur général du Groupe Technicolor, se dit «préoccupé» par la baisse du crédit d’impôt québécois.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPad : Pencil est disponible sur Amazon
Article suivantGoogle+ : autorisation des pseudos

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here