Technologie de recherche : Facebook veut se passer de Bing

Facebook utilise son propre moteur de recherche pour chercher dans le réseau, mais aussi le moteur Bing. Le réseau social veut désormais se passer du moteur de recherche de Microsoft.

Dans Facebook, un utilisateur peut effectuer une recherche de plusieurs manières : soit avec le moteur maison soit avec le moteur Bing qui utilise les algorithmes de Microsoft pour afficher des résultats au sein du réseau social.

Dans la foulée de l’implémentation de nouvelles fonctionnalités de recherche permettant au moteur maison de retrouver plus facilement les anciennes publications faites dans le réseau social, Facebook annonce par le biais d’un porte-parole : « Actuellement nous ne montrons plus les résultats web dans Facebook Search parce que nous souhaitons aider les gens à retrouver ce qui a été partagé sur Facebook. Nous continuons à avoir un formidable partenariat avec Microsoft dans beaucoup d’autres secteurs ».

Le message est clair, Facebook veux se passer de Bing alors même que les relations entre le réseau social et Microsoft ne datent pas d’aujourd’hui vu que la firme de Redmond est entrée au capital de Facebook en 2007, à hauteur de 1,6%.

Alors que Mark Zuckerberg avait expliqué que « Il y a plus d’un million de milliards de posts et nos ingénieurs spécialistes de la recherche aiment bien me rappeler que l’étendue des travaux est plus importante que pour n’importe quel autre moteur », il semble logique que Facebook souhaite être tributaire de sa propre technologie surtout que le réseau social a déjà dévoilé son Graph Search sensé optimiser les requêtes en fonction de sa liste de contacts.

Alors que Bing détient 20% de part de marché aux États-Unis, cette annonce pourrait certainement avoir un impact sur le moteur de recherche de Microsoft.

Il est à souligner que Bing est toujours disponible pour les internautes français… mais jusqu’à quand ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUn Microsoft Lumia 330 pour bientôt
Article suivantMétro parisien : Free conclut un accord avec la RATP

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here