TGV : oui pour internet, mais pas tout de suite

C’est le 1er décembre 2010 que la SNCF avait amené l’accès à internet à bord de ses premières rames TGV. Pratiquement trois ans après, de prometteur, le constat est passé à amer avec un déploiement qui se fait toujours attendre.

L’offre BoxTGV présenté le 1er décembre 2010 sur la ligne TGV Est avait fait naitre l’espoir qu’internet serait rapidement déployé sur tout le réseau TGV de la SNCF. Quasiment trois ans plus tard, le constat est amer, la situation n’a guère évolué.

C’et en réponse à une question du député UMP Lionel Tardy que le Ministre des Transports, Frédéric Cuvillier s’est contenté de répondre que la SNCF allait déployer internet à bord de ses trains au cours des prochaines années.

Hormis cette réponse laconique, les faits sont que la vitesse du TGV pose un problème technologique, une technologie qui a un coût, un coût d’installation et de maintenance qui ne rend pas la solution actuelle viable. En bref, aucune solution budgétairement réaliste n’est pour le moment envisageable, ce qui repousse internet des jours meilleurs, pour ne pas dire aux calanques grecques…

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent4G : Bouygues Telecom caracole en tête
Article suivantGoogle : un Doodle pour les célèbres tests de Hermann Rorschach

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. C’est bien dommage. En tout cas, on sait que la chose est faisable mais c’est financièrement que le bat blesse. Il faudra attendre que la technologie évolue et permette de contourner cet obstacle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here