TNT gratuite : le Conseil d’État différencie LCI et Paris Première

Le CSA a refusé que LCI et Paris Première soient diffusés sur la TNT gratuite. Le Conseil d’État remet en cause cette décision, en différenciant les deux chaînes.

Cela fait des mois que TF1 et M6, propriétaires respectifs des chaînes LCI et Paris Première, contestent le refus du CSA d’autoriser la diffusion de ces deux chaînes sur la TNT gratuite. Cette affaire vient d’avoir un rebondissement, avec une prise de position du Conseil d’État qui différencie LCI et Paris Première.

Alors que la décision finale du Conseil d’État est attendue sous deux à trois semaines, Fabienne Lambole, rapporteur public, a préconisé de demander au CSA de revoir « dans les six mois » la demande de M6 concernant Paris Première. Elle a émis « un doute sérieux » au sujet du bien-fondé de la décision prise à l’encontre de Paris Première. Son arrivée sur la TNT gratuite mettrait en danger D8 et Numéro 23, toutefois Fabienne Lambolez précise que cet avis « ne prend pas assez en compte l’intérêt du public », que « les répercussions sur N23 et D8 ont été mal calculées ».

À l’opposé, le traitement ne sera pas le même pour LCI. Dans son cas, Fabienne Lambole considère que « le CSA a examiné régulièrement tous les éléments » et mené « une étude d’impact très détaillée ». Considérant que l’offre de LCI n’est pas « différenciante de celle de BFMTV et iTélé », elle juge inutile de casser la décision du CSA.

Pour le moment, M6 ne fait aucun commentaire alors que TF1 avoue ne pas trop comprendre cette différenciation entre LCI et Paris Première.

En attendant la décision finale du Conseil d’État, il est bon de préciser que l’avis du rapporteur est suivi dans neuf cas sur dix. Pourtant, vu que ce dossier est très complexe, mais surtout politique et polémique, rien ne présage réellement la décision qui sera prise.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTNT HD : appel aux candidatures
Article suivantZenPad : Asus présente sa nouvelle ligne de tablettes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here