Toujours pas de plus de 140 caractères, mais des descriptions d’images

Depuis le temps que les rumeurs évoquent une longueur des tweets de 10 000 caractères, nombreux sont ceux qui attendent cet allongement, ou du moins un pas dans cette direction. Une nouvelle fonctionnalité est déployée depuis mardi, mais pas celle attendue.

C’est en expliquant que « il est important que les images partagées sur notre plateforme soient accessibles à tous, y compris par les déficients visuels » que le réseau social annonce l’arrivée des descriptions d’images. Pourquoi cette référence aux personnes malvoyantes ? Parce que le but de ces descriptions est qu’elles soient reconnues par les logiciels de lecture d’écran et les appareils de lecture du braille.

Alors que la longueur d’un tweet est limitée à 140 caractères, 117 caractères lorsqu’une ou plusieurs images font partie du message, il est bon de souligner que la longueur maximale de ces descriptions est de 420 caractères. Comme il est possible de joindre jusqu’à quatre images par tweet, cela signifie qu’un message pourrait potentiellement contenir jusqu’à 1 797 signes.

L’activation des descriptions d’images n’est pas automatique. Il faut aller dans les paramètres de l’application, iOS ou Android, et d’activer l’option « Rédigez des descriptions d’image » dans le menu « Accessibilité ».

Est-ce que cette limite de 420 caractères est un signe en direction des 10 000 signes évoqués par les rumeurs ? Peut-être. Mais depuis que tout le monde en parle, la limite des 140 caractères est toujours d’actualité. Faut-il penser qu’elle va arriver prochainement ? Le site spécialisé Re/code indiquait un lancement de cette fonctionnalité pour le courant du premier trimestre 2016. Il ne reste plus beaucoup de temps pour que cette affirmation soit vraie vu que le premier trimestre s’achève le 31 mars.

Dès lors, seuls les messages privés ont pour le moment droit à une limite de 10 000 signes. Pour les tweets, la patience est de mise.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDes astronomes amateurs filment un impact sur Jupiter
Article suivantDes livraisons de repas en France, c’est ce que propose Uber avec son appli UberEats

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here