Twitter : une croissance qui s’essouffle

Même si le nombre d’utilisateurs de Twitter ne cesse de croître, sa croissance s’essouffle, c’est en tout cas ce qu’affirme une étude d’eMarketer.

Si nombreux sont ceux qui estiment que l’augmentation du nombre d’utilisateurs de Twitter permettra prochainement au service de microblogging de dépasser le cap du milliard d’utilisateurs, une étude d’eMarketer est nettement moins optimiste en estimant que le réseau social n’aura « que » 400 millions d’utilisateurs en 2018.

Si les données officielles de Twitter indiquent actuellement 255 millions d’utilisateurs actifs par mois, eMarketer relativise ce nombre à cause des nombreux doublons et des comptes d’entreprise. À cela, même avec une croissance à deux chiffres, comme les 24% prévu pour 2014, le réseau n’arriverait pas atteindre avant longtemps le cap du milliard d’utilisateurs vu qu’ils ne seraient que de 400 millions en 2018.

Mais, selon l’étude, ce qui risque de rapidement coincer, c’est que cette croissance s’essouffle en raison de l’indécision de Twitter. En effet, le service de microblogging semble être à un carrefour choisir la simplification pour attirer de nouveaux utilisateurs, comme la suppression des arobases, ou la fidélisation en conservant ses valeurs que sont par exemple les hashtag.

Ce dilemme est réellement présent vu que toutes les dernières mises à jour du design visent à rendre Twitter… très ressemblant à Facebook, ce qui ne sera certainement pas sans conséquence sur l’attractivité du service. C’est d’ailleurs dans cette logique qu’eMarketer annonce un essoufflement de la croissance.

Si l’avenir de Twitter ne s’annonce pas forcément aussi radieux qu’il en a l’air, il faut tout de même souligner que le service de microblogging pourra peut-être compter sur les pays émergents d’Asie-Pacifique pour accroitre son nombre d’utilisateurs.

Même en 2018, Twitter n'aura pas un milliard d'utilisateurs
Même en 2018, Twitter n’aura pas un milliard d’utilisateurs

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSkype Translator : Microsoft veut révolutionner les communications
Article suivantFacebook : plainte de l'Iran pour violations de la vie privée

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here