Twitter : la ville de Rio récupère l’adresse riodejaneiro

Sans contrepartie financière, un cireur de chaussures espagnol vient d’offrir l’adresse Twitter riodejaneiro aux autorités brésiliennes.

Une année après le lancement de Twitter, en 2007, le réseau social en est encore à ses balbutiements. Javier Castaño, designer graphique, a eu le flair d’enregistrer plusieurs adresses stratégiques telles que Canada, Madrid, riodejaneiro ou encore Japan.

Alors que l’Espagne a durement été touchée par la crise, Javier Castaño a dû se reconvertir en cireur de chaussures en 2008. Depuis, il gagne quelque 30 euros par jour dans les rues de Malaga, une ville côtière du sud de la péninsule ibérique.

« Je suis un cireur de chaussures gagnant peu d’argent, mais j’ai la chance de pouvoir faire un cadeau à 130 millions de Japonais ou à huit millions de personnes à Rio », a déclaré Javier Castaño. En effet, sans demander aucune contrepartie financière, il vient de donner le mot de passe donnant accès au compte Twitter riodejaneiro à la mairie de Rio de Janeiro. Il veut maintenant en faire de même avec le compte Japan.

À quelque 8 000 kilomètres de Malaga, Antonio Pedro Figueira Mello, le responsable du tourisme à la mairie de Rio de Janeiro, reconnait que ce compte « est d’une grande valeur alors que nous nous rapprochons de la date des Jeux olympiques de 2016 ». « Nous sommes heureux d’enfin pouvoir utiliser le nom de notre ville sur le réseau social », a-t-il encore ajouté.

Dans un monde où l’argent est roi, ce geste sans contrepartie est rare et il faut d’autant plus le souligner.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBabar : lorsque la DGSE joue à la NSA
Article suivantSérie Z : le retour des portables Vaio

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here