Uber : la justice repousse sa décision jusqu’à la fin septembre

Malgré la grogne des chauffeurs de taxi, Uber a encore de beaux jours devant lui vu que la cour d’Apple de Paris a repoussé sa décision jusqu’à la fin septembre.

La justice française doit trancher le cas de la plateforme électronique UberPOP qui sert à mettre en relation les particuliers avec les conducteurs d’Uber qui ne sont pas des chauffeurs professionnels. Le dossier est nettement plus compliqué qu’il n’y parait.

En première instance, le tribunal de commerce, qui s’était déclaré incompétent, a débouté deux filiales du groupe Transdev et la société de VTC Voxtur, opérateur du service LeCab. Elles demandaient au tribunal l’interdiction d’UberPOP.

En appel, l’Union nationale des taxis (UNT) était également présente, en qualité d’intervenant volontaire.

Lors de l’audience, Me Maxime de Guillenchmidt, l’avocat de Voxtur, avait plaidé qu’UberPOP dépassait la simple mise à disposition d’un véhicule en proposant bel et bien une prestation de transport. Par la nature de cette prestation, le conducteur d’Uber devrait donc respecter les dispositions légales applicables aux chauffeurs de VTC, notamment la formation et l’obtention d’une carte professionnelle.

En fait, tous les plaignants reprochent que le service de transport par des particuliers proposé par Uber est contraire à la loi.

Alors que le dossier est passé de mains en mains dans les coulisses de la justice, cette dernière peine à trancher. En effet, la cour d’Appel de Paris vient de remettre à la fin septembre sa décision finale.

En attendant de savoir si la plateforme UberPOP sera éventuelle interdite en France, le service proposé par Uber a donc encore de beaux jours devant lui, pour le plus grand dam des taxis traditionnels.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCrash de l’A320 : une facture de 277 millions d’euros pour les assureurs
Article suivantGoogle rend son service Photos plus accessible

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here