Uber livre 50 000 canettes de bière sans chauffeur

C'est sans chauffeur que le camion autonome d'Uber a livré 50 000 cannettes de bière

Uber a fait la démonstration des capacités de son camion autonome en livrant sans chauffeur 50 000 canettes de bière après avoir parcouru quelque 200 km.

Comme Google et d’autres entreprises, Uber s’intéresse aussi aux véhicules autonomes. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’entreprise de VTC a fait l’acquisition d’une firme spécialisée dans les logiciels pour véhicules autonomes. Justement, une démonstration de cette technologie développée par Otto a été faire la semaine dernière.

C’est sur une autoroute de l’Ouest des États-Unis qu’un camion autonome d’Uber a parcouru 200 km pour livrer 50 000 canettes de bière. Pendant tout le trajet, le siège du conducteur était libre. Le camion sans chauffeur a traversé une partie de l’État du Colorado. Par sécurité, un chauffeur professionnel, qui avait conduit sur une partie du chemin, était également à bord. Il n’a fait ensuite que surveiller l’avancée du camion depuis le siège couchette derrière le fauteuil du conducteur.

« Cette livraison marque une nouvelle étape vers notre vision d’un avenir sûr et productif sur nos autoroutes », se félicite Uber. « Avec un véhicule équipé par Otto, les chauffeurs de camion auront la possibilité de se reposer pendant que le camion parcourt de longs tronçons d’autoroute et leur rapporte de l’argent. »

Uber fait accompagne cette annonce du lancement du site freight.uber.com. Il s’agit d’une plateforme où les chauffeurs de camion désireux de travailler avec le groupe peuvent s’inscrire. Cet essai marque aussi le début d’un partenariat avec Anheuser-Busch, le plus grand brasseur américain.

« Quand vous verrez un camion rouler sans personne sur son siège de conducteur, vous saurez qu’il est très peu probable qu’il ait un accident, conduise agressivement ou gaspille une seule goutte de carburant », assure Otto pour vanter les mérites de sa technologie.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentLe Paris Games Week, un salon qui n’attire pas que les joueurs
Article suivantDes images officielles du nouveau MacBook Pro fuitent avant l’heure
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here