Un feu d’artifice céleste pour les 25 ans d’Hubble

À l’occasion du 25e anniversaire du télescope spatial Hubble, la NASA et l’ESA nous offrent un feu d’artifice céleste sous la forme de clichés inédits de la nébuleuse Gum 29 et de l’essaim Westerlund 2.

Comme l’a déclaré John Grunsfeld, l’astronaute et directeur adjoint du bureau des missions scientifiques de la NASA, « Hubble a complètement transformé notre vision de l’Univer ». En effet, en 25 ans d’activité d’observation, le télescope n’a jamais cessé de repousser les limites et de nous inviter dans l’intimité d’une multitude d’objets célestes, d’ordinaire indiscernables, qu’ils soient dans notre Galaxie ou aux confins de l’univers.

C’est pour marque l’événement que la NASA et l’ESA ont livré un feu d’artifice céleste pour les 25 ans d’Hubble en proposant des clichés inédits de l’essaim d’étoiles Westerlund 2 au sein de la nébuleuse Gum 29.

L’amas Westerlund 2 regroupe environ 3 000 étoiles âgées en moyenne de seulement 2 millions d’années. En comparaison avec notre Soleil qui est âgé de 4,6 milliards d’années, il s’agit donc de très jeunes étoiles. Il a été découvert dans les années 1960 par le Suédois Bengt Westerlund.

Étendu sur 6 à 13 années-lumière, c’est la caméra grand champ WFC3 (Wide Field Camera 3) qui révèle les détails dans le proche infrarouge et le visible.

Comme le montrent les images, il s’agit de paysages creusés et modelés par les vents violents d’ultraviolets que certains de ces jeunes monstres stellaires émettent. Certaines crêtes et autres reliefs sont non sans rappeler une image emblématique prise par Hubble : « les piliers de la création ».

Ce spectacle est à découvrir plus en détail en téléchargeant l’image haute résolution contenue dans un fichier de 28,5 Mo.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEtoiles filantes : les lyrides ont illuminé sur le nord-est de la Chine
Article suivantYellowstone : découverte d’un énorme réservoir magmatique

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here