Un reptile préhistorique qui pourrait être le cousin du monstre du Loch Ness

Le monstre du Loch Ness et ses légendes font toujours rêver. Des scientifiques ont identifié un reptile préhistorique qui pourrait être son cousin.

Le mystère du monstre du Loch Ness n’est toujours pas éclairci. Nessie et ses légendes font toujours rêver en faisant que la région des lacs dans les Highlands au nord de l’Écosse, et du Loch Ness en particulier, reste toujours l’une des plus visitées au monde.

L’existence du monstre fait de nouveau l’actualité alors que des scientifiques écossais annoncent la découverte d’un reptile préhistorique marin datant de la période jurassique. C’est en analysant un fossile découvert en 1959 par un dénommé Brian Shawcross, un collectionneur amateur féru de préhistoires, qu’ils ont fait cette découverte. L’île de Skye où a été découvert ce vestige n’est justement pas très loin du fameux Loch Ness…

Scientifiquement parlant, ce reptile marin est de l’ordre des ichtyosaures datés du Jurassique, c’est-à-dire quelque 170 millions d’années. Il ressemblait à un dauphin géant avec ses quatre mètres de longueur. Il vivait dans les eaux chaudes et peu profondes aux alentours de l’actuelle île de Skye.

« Au temps des dinosaures, les eaux écossaises étaient peuplées par de gros reptiles de la taille de bateaux à moteur. Ces fossiles sont très rares et pour la première fois nous avons trouvé une nouvelle espèce uniquement écossaise », explique le professeur Steven Brusatte du département des géosciences de l’université d’Édimbourg.

Il est à préciser que ce reptile marin a été baptisé Deacmhara Shawcrossi, ce qui signifie « le reptile marin de Shawcross », en hommage à Brian Shawcross.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentChevrolet : plus de dynamisme et de puissance pour la Volt
Article suivantApple met la pression sur le titre GoPro

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here