Une découverte qui pourrait accélérer l’arrivée des voitures à hydrogène

La cherté de l’hydrogène est un des freins au développement des voitures à hydrogène. La découverte d’une nouvelle méthode de production de ce gaz pourrait changer la donne.

L’un des plus grands obstacles au développement des voitures à hydrogène est qu’il est actuellement compliqué de produire à grande échelle de l’hydrogène. À cela, il faut ajouter un coût de production élevé et une distribution qui reste encore un défi. Cette situation pourrait prochainement changer.

En effet, des chercheurs de l’Institut de technologie de Virginie (Virginia Tech) ont développé un nouveau processus biologique pour produire de l’hydrogène rapidement avec de hauts rendements à partir du glucose et du xylose, des sucres que l’on trouve en abondance dans les tiges, les épis et les cosses de maïs. Par l’intermédiaire d’un modèle informatique, ils ont pu déterminer les enzymes qui permettent d’accélérer les réactions chimiques du métabolisme afin d’obtenir le plus d’hydrogène à partir de cette biomasse. Le résultat est un taux de production d’hydrogène triple comparativement aux taux obtenus en utilisant des concentrations standards.

« Nous avons fait la démonstration de l’étape la plus importante vers une économie fondée sur l’hydrogène, à savoir produire et distribuer de l’hydrogène vert pas cher provenant de la biomasse locale », estime Percival Zhang, professeur au département ingénierie des systèmes biologiques de Virginia Tech, dans l’article publié dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS).

Financée en partie par Shell dans le cadre de l’initiative « Game Changer », cette découverte pourrait contribuer à accélérer l’arrivée à grande échelle des véhicules fonctionnant à l’hydrogène.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWhatsApp : les appels vocaux arrivent aussi sur iOS et Windows Phone
Article suivantWindows 10 : les nouveautés de la build 10051

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here