Une nouvelle Jeep… made in Italy

Une nouvelle débarque ce mois aux États-Unis, un véhicule qui a pour principale particularité d’être fabriqué en Italie.

La Jeep a été utilisée par des armées dans le monde entier, une marque qui a connu de nombreux propriétaires successifs, depuis les premiers modèles construits par Willys et Ford en 1941, en passant par l’américain AMC, le français Renault, l’allemand Daimler et désormais le groupe italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (FCA).

Alors que la Jeep historique n’est plus fabriquée depuis 1982, de nouveaux modèles ont vu le jour depuis, par exemple le Wrangler, des véhicules qui se sont embourgeoisés tout en restant des 4×4.

Alors que plus d’un million de véhicules portant la marque Jeep ont été vendus en 2014, FCA compte encore plus pousser la marque sur le marché mondial. C’est ainsi que le modèle Renegade, commercialisé sur certains marchés européens depuis l’automne dernier, va être proposé aux États-Unis sur un segment qui est actuellement très porteur.

Dans le but de séduire des jeunes conducteurs et aussi leurs aînés, le modèle sera vendu aux alentours des 20 000 dollars, dans des coloris plutôt voyants pour contrer la concurrence asiatique, notamment le coréen KIA.

FCA veut faire de la Renegade un modèle mondial en construisant cette voiture en Italie, mais aussi au Brésil. Mais attention, tout ne sera pas simple pour le groupe italo-américain vu que le magazine américain Consumer Reports a récemment affirmé que les voitures de cette marque n’offraient que peu de valeur à la revente et étaient « inconfortables, lentes, lourdes et peu fiables ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentQui va empêcher Facebook de s’accaparer l’information ?
Article suivantFacebook : les entreprises qui passent à l’ère du marketing 2.0

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here