Une tortue de mer a droit à une mâchoire imprimée en 3D

Après avoir eu sa mâchoire déchiquetée par une hélice de bateau, une tortue de mer était condamnée à être nourrie par l’être humain. L’impression 3D lui a redonné une mâchoire.

Blessée par une hélice de bateau, une tortue de mer s’est retrouvée condamnée à vivre en captivité. Pour cause, la moitié de sa mâchoire a été déchiquetée ce qui empêchait l’animal de se nourrir par lui-même.

Prise en charge par une équipe de volontaires d’un centre universitaire de réhabilitation pour les tortues, Akut-3 était condamnée à être nourrie par la main de l’homme. L’équipe a alors eu l’idée de recourir à l’impression 3D pour lui fournir une nouvelle mâchoire. Contact a été pris avec la société BTech Innovation, spécialisée dans l’impression 3D.

Spécialisée dans les prothèses et implants médicaux pour les humains, l’entreprise a accepté de créer une prothèse de mâchoire et un bec en titane par impression 3D. Pour cette première du genre, les ingénieurs se sont basés sur une série de clichés fournis par le centre vétérinaire de l’université.

Après deux mois de recherche et développement, il a encore fallu deux heures de chirurgie pour implanter les implants prothétiques réalisés en titane de qualité médicale.

Le Dr Anas M. Anderson, qui a participé à l’opération, a déclaré la tortue ne présente aucun signe de rejet de l’implant, que le pronostic semble prometteur au point d’affirmer que l’animal pourrait retourner à la mer d’ici peu de temps.

Il est à souligner que pour la réalisation des mâchoires supérieures, inférieures et le bec, la société BTech Innovation a accepté que toute l’opération soit réalisée à titre gracieux.


Source : Telegraph.co.uk

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRisque de cécité pour les propriétaires de chat
Article suivantSanté : fumer du cannabis réduit la croissance

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here