Ventes aux enchères : eBay s’allie avec Sotheby’s

Afin de notamment pouvoir vendre aux enchères des œuvres d’art et des objets de collection sur internet, eBay s’allie avec Sotheby’s.

En s’alliant, eBay et Sotheby’s comptent organiser « dans un avenir proche » des enchères de la prestigieuse maison d’enchères qui seront simultanément diffusées sur internet via un portail spécial. Par ce biais, les internautes pourront renchérir en temps réel sur les ventes d’œuvres d’art et d’objets de collection.

Comme l’explique Bruno Vinciguerra, directeur d’exploitation chez Sotheby’s, cette alliance est « une grande opportunité de rendre l’art vraiment plus accessible à des collectionneurs bien plus nombreux », un partenariat qui pourrait par la suite être élargi à d’autres enchères comme les bijoux, les montres, de l’imprimerie, le vin, les photographies et les objets de design du XXe siècle.

Alors qu’eBay revendique 145 millions d’acheteurs actifs dans 190 pays, Devin Wenig, superviseur des places de marché du groupe de distribution, explique que « Sotheby’s est l’un des noms les plus respectés dans le monde. Quand on combine son catalogue avec la plateforme technologique et l’audience mondiale d’eBay, on peut donner accès aux objets les meilleurs et les plus enthousiasmants du monde, n’importe quand, n’importe où et depuis n’importe quel appareil ».

Si le dernier rapport de la plus grande foire d’antiquaires au monde (TEFAF) indique que le marché mondial de l’art est actuellement évalué à 65 milliards de dollars par an, la part des ventes en ligne y est inférieure à la moyenne des autres biens de luxe. Grâce au développement des ventes d’art en ligne, ce marché pourrait atteindre les 13 milliards de dollars d’ici 2020.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone 6 : le modèle 5,5 pouces que pour 2015 ?
Article suivantAppli : réserver des services de massage directement depuis son smartphone

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here