Virgin Mobile : encore une acquisition pour Numericable ?

L’appétit de Numericable en matière de télécom semble insatiable. Après le rachat de SFR, c’est avec Virgin Mobile que le groupe de Patrick Drahi est entré en négociations exclusives.

Face à la concurrence du low-cost est à une baisse généralisée des prix, la situation des MVMO est devenue compliquée sur un marché très difficile. Face à la stagnation des parts de marché, la seule solution de croissance passe par implacable consolidation.

Après le rachat de Zéro Forfait par Prixtel, la mise en vente de Virgin Mobile n’est pas une surprise. Là où se situe la surprise, c’est que les rumeurs évoquaient un intérêt de Bouygues Telecom, mais que c’est Numericable qui est entrée en négociations exclusives avec le premier MVNO français.

Selon un communiqué publié par Omer Telecom Limited, la holding qui supervise l’enseigne Virgin Mobile, « A l’issue de la procédure de mise en vente du groupe opérant en France sous l’enseigne Virgin Mobile, c’est l’offre de reprise déposée par Numericable Group, pour un prix correspondant à une valeur d’entreprise de 325 millions d’euros qui a été retenue ».

Pour autant que cette négociation de rachat aboutisse, cela signifie que Numericable ne compte pas faire simplement de la figuration sur le marché des télécoms français en mettant la main sur presque 1,7 million de clients supplémentaires. Si l’appétit de Patrick Drahi semble insatiable, cela signifie surtout que Numericable va surtout devenir un acteur majeur de la téléphonie…

Mais en regardant plus loin que l’acquisition de SFR et celle de Virgin Mobile, c’est surtout une marche en avant de la concentration des télécoms qui semble désormais d’actualité. Alors que certaines rumeurs parlent que Bouygues Télécoms pourrait être revendu à Free, cela ne ferait qu’apporter de l’eau au moulin de cette mutation que sont en train de vivre les télécoms françaises.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGrosse panne pour le Creative Cloud d’Adobe
Article suivantDroit à l'oubli : réaction en masse après la décision de la Cour de Justice de l'Union européenne

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here