Vision Tokyo : Mercedes annonce une « Vision » qui n’a rien à voir avec le jeu Gran Turismo

Les concepts utilisant le terme « Vision » sont souvent associés au célèbre jeu automobile Gran Turismo. Ce n’est pas le cas avec le Vision Tokyo dont Mercedes a publié une première image teaser.

Il ne faut surtout pas croire que toutes les voitures affublées du terme « Vision » sont virtuelles et faites pour être intégrées au célèbre jeu automobile Gran Turismo. Ce mot peut aussi avoir son sens littéral pour un constructeur, c’est-à-dire signifier sa vision du futur.

C’est justement le cas de la Vision Tokyo annoncée par Mercedes, une vision de la future de la voiture autonome, ou plutôt du monospace en l’occurrence.

La Vision Tokyo est un concept de monospace autonome de Mercedes

C’est par une image teaser que Mercedes annonce ce concept Vision Tokyo, une voiture qui sera présentée au salon de Tokyo qui va ouvrir ses portes d’ici quelques jours. Si le salon japonais a été choisi pour y présenter ce concept, c’est parce que la firme allemande sait pertinemment que les Nippons sont particulièrement amateurs de nouvelles technologies, pour ne pas dire pionnier en la matière.

Comme il ne s’agit que d’une image pour le moment, on ne sait encore pratiquement rien au sujet de cette voiture, hormis le fait qu’il ressemble à un monospace plutôt imposant.

La seule chose qu’on sait à son sujet est ce que Mercedes en dit, à savoir qu’il s’agit d’un concept « autonome, luxueux et progressif ».

D’ici quelques jours, au moment de l’ouverture du salon de Tokyo, nous en serons certainement plus au sujet de ce Vision Tokyo.

Les constructeurs automobiles multiplient leurs visions de la voiture autonome de demain. Croyez-vous qu’elle ressemblera réellement à cela ?

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentDe l’alcool et du sucre dégagés par la comète Lovejoy
Article suivantAlibaba veut copier Google en investissant aussi dans Magic Leap

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here