Voiture autonome : une Audi sans pilote va aussi vite qu’avec un pilote

La RS7 Piloted Driving sans pilote est capable de rouler aussi vite qu’un modèle conduit par un pilote chevronné, vidéo à l’appui. Y a-t-il un pilote au volant ?

C’est sur le circuit d’Hockenheim qu’aussi a tenu à faire la démonstration des progrès de sa voiture autonome sans pilote. C’est ce dimanche 19 octobre que la démonstration, en vidéo, que la RS7 Piloted Driving peut aller aussi vite qu’un modèle conduit par un pilote chevronné a été faite.

C’est en ouverture de la dernière manche du championnat allemand de voitures de tourisme (DTM), que le constructeur aux anneaux a fait rouler une RS7 de 560 ch dotée de la technologie Piloted Driving.

Bardée d’électroniques, il ne semblait pas évident que ce bolide sans pilote puisse tenir la comparaison. Sans être l’égale des voitures engagées dans la course DTM, cette RS7 Piloted Driving n’a pas été ridicule du tout en réalisant des temps plus que corrects, notamment des pointes de vitesse jusqu’à 240 km/h !

Alors que les voitures autonomes sont pour le moment cantonnées à des portions routières ou autoroutières circonscrites, cette confrontation avec des conditions extrêmes est riche d’enseignement sur le potentiel de telles voitures. Sans parler de course auto sans pilote, cette démonstration vise surtout à démontrer les immenses progrès faits en matière de voiture sans pilote, par une démonstration époustouflante d’efficacité et de fiabilité des systèmes dans des conditions de sollicitations extrêmes.

Visionnez la vidéo de l’Audi RS7 Piloted Driving :

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle : une réorganisation en direction d’une convergence entre Android et Chrome OS ?
Article suivantLe bracelet intelligent Razer Nabu devrait bientôt arriver en Europe

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here