Yahoo! : place au cryptage

Histoire de se prémunir de l’espionnage des agences, notamment de la NSA, Yahoo! a activé le cryptage de l’ensemble de son trafic depuis le 31 mars.

Depuis la révélation au grand jour du scandale des écoutes de la NSA, les géants de l’internet sont au cœur du débat à propos de ces campagnes d’espionnage massives. Au même titre que Google ou Microsoft, Yahoo! doit faire face à une méfiance accrue de ses utilisateurs, à une perte de confiance.

Pour tenter de redorer sa réputation, Yahoo! a donc décidé de se prémunir de l’espionnage des agences, une protection qui passe par le cryptage de toutes ses communications. C’est ce lundi 31 mars 2014 que Yahoo! annonce avoir activé le chiffrement de toutes les données entre ses centres de traitement de données.

Cette nouvelle mesure s’ajoute donc à celle annoncée en novembre dernier, à savoir la généralisation de la connexion chiffrée par défaut sur son portail.

Alors que la NSA est équipée de moyens spécifiques pour contrecarrer le chiffrement des communications, les mesures misent en place par Yahoo! ne vont pas rendre inviolable les données, mais vont au moins restreindre les accès en rendant la chose plus compliquée.

Pour finir, Yahoo! précise encore que d’autres mesures sécuritaires seront prises prochainement, notamment l’implémentation d’une nouvelle plateforme chiffrée pour Yahoo Messenger, mais affirme également plancher sur une confidentialité persistante, le HSTS.

Pour finir, il ne faut pas oublier de rappeler que Yahoo! est toujours soumis à la législation américaine, notamment le Patriot Act, ce qui l’obligera toujours à fournir des données suite à des requêtes judiciaires. Le plus de tout ce cryptage mis en place sert avant tout à empêcher des accès non prévus par la loi.

Yahoo chiffre son réseau pour tenir la NSA à distance
Yahoo chiffre son réseau pour tenir la NSA à distance

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFire TV : Amazon lance enfin son boitier TV
Article suivantNeutralité du net : grand pas en avant du Parlement Européen

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here