Sciences

Des scientifiques travaillent sur une carte mondiale des fonds marins

L'ambitieuse et immense carte des fonds marins avec laquelle ils espèrent connaître les profondeurs de notre planète (et pourquoi elle est essentielle pour l'humanité)

Les chercheurs qui travaillent à la création d’une carte mondiale des fonds marins affirment avoir déjà accompli un cinquième de cette tâche.

Carte mondiale des fonds marins : les zones noires de la carte doivent encore être explorées pour obtenir plus d'informations à leur sujet.
Les zones noires de la carte doivent encore être explorées pour obtenir plus d’informations à leur sujet.

Une nouvelle percée scientifique nous a permis d’être un peu moins ignorants sur la planète Terre.

Ces scientifiques font partie du projet Nippon Foundation-GEBCO Seabed 2030.

GEBCO signifie General Bathymetric Chart of the Oceans (Carte générale bathymétrique des océans). Le terme de bathymétrie fait référence à l’étude des grands fonds marins.

La GEBCO est la seule organisation intergouvernementale ayant pour mandat de cartographier l’ensemble des fonds marins.

Lorsque le projet a été lancé en 2017, seuls 6 % des fonds océaniques mondiaux avaient été étudiés selon les normes modernes.

En 2019, ce chiffre est passé à 15 % si l’on tient compte des données bathymétriques de 14,5 millions de kilomètres carrés, soit une superficie presque deux fois plus grande que celle de l’Australie.

Les bateaux peuvent transporter du matériel d'arpentage et effectuer des mesures pendant leur voyage vers leur destination.
Les bateaux peuvent transporter du matériel d’arpentage et effectuer des mesures pendant leur voyage vers leur destination.

Aujourd’hui, les chercheurs affirment avoir réussi à cartographier 19 % des fonds marins.

Cependant, 81 % de la planète reste à cartographier et l’objectif est de le faire d’ici 2030.

« C’est une zone deux fois plus grande que Mars que nous devons capturer dans la prochaine décennie », a déclaré le directeur du projet, Jamie McMichael-Phillips, à la BBC.

Ce que montre la carte

Dans la carte au début de cet article, le noir représente les zones où les fonds marins n’ont pas encore été directement étudiés pour leurs caractéristiques.

Les satellites peuvent également suivre la forme des fonds marins, mais le projet Seabed 2030 veut le faire de manière plus précise.
Les satellites peuvent également suivre la forme des fonds marins, mais le projet Seabed 2030 veut le faire de manière plus précise.

Le bleu correspond à la profondeur de l’eau : le violet correspond aux zones les plus profondes et le bleu clair aux zones les moins profondes.

Les zones noires, cependant, ne signifient pas qu’il s’agit de zones pour lesquelles aucune information n’est disponible.

Plusieurs vaisseaux spatiaux transportent des instruments qui peuvent déduire la topographie du fond marin à partir de la façon dont la gravité sculpte la forme de l’eau.

Cette technique n’offre cependant qu’une bonne résolution sur un kilomètre. Le projet « Seabed 2030 » vise à atteindre une résolution d’au moins 100 mètres.

À quoi sert la carte ?

De meilleures cartes des fonds marins sont nécessaires pour de nombreuses raisons.

Ils sont essentiels pour la navigation, bien sûr, et pour la pose de câbles et de tuyaux sous l’eau.

La fosse de Las Marianas dans le Pacifique est la zone la plus profonde de l'océan, mais elle est très bien cartographiée.
La fosse de Las Marianas dans le Pacifique est la zone la plus profonde de l’océan, mais elle est très bien cartographiée.

Ils sont également importants pour la gestion et la conservation de la pêche, car c’est autour des monts sous-marins que la faune a tendance à se regrouper.

Chaque mont sous-marin est un foyer de biodiversité.

De plus, le fond marin accidenté influence le comportement des courants océaniques et le mélange vertical de l’eau.

Ce sont des informations essentielles pour améliorer les modèles qui prédisent le changement climatique, car ce sont les océans qui jouent un rôle essentiel dans le mouvement de la chaleur autour de la planète.

Une bonne carte des fonds marins est essentielle pour comprendre avec précision comment le niveau de la mer va s’élever dans les différentes parties du monde.

La société Armada construit des navires robotisés pour aider à compléter la carte.
La société Armada construit des navires robotisés pour aider à compléter la carte.

Une grande partie des données qui ont été introduites dans le réseau GEBCO existaient déjà mais étaient stockées en dehors du domaine public.

Les entreprises, les institutions et les gouvernements qui disposaient de ces informations les ont maintenant fournies, et il reste probablement beaucoup à révéler de cette contribution.

Mais de nouvelles acquisitions seront également nécessaires. Certaines de ces mesures seront le fruit d’un important effort de collaboration entre les navires, petits et grands, qui utilisent régulièrement leur équipement de surveillance lorsqu’ils traversent le globe.

Même les petits bateaux, tels que les bateaux de pêche et les yachts, peuvent vous aider en connectant des enregistreurs de données à votre sonar et à votre équipement de navigation.

Un bon exemple est la stratégie du British Antarctic Survey (BAS), qui opère dans les zones les plus reculées de la planète en mélangeant les routes empruntées par les navires.

Les monts sous-marins abritent une grande biodiversité.
Les monts sous-marins abritent une grande biodiversité.

« Très vite, nous avons adopté l’éthique selon laquelle les données doivent être collectées en cours de route, et pas seulement sur le site qui nous intéresse », a expliqué Rob Larter, scientifique de la BAS.

« Un bel exemple en est la récente carte bathymétrique de la zone du passage de Drake (entre l’Amérique du Sud et l’Antarctique), dont une grande partie a été réalisée grâce à différents projets de recherche au fur et à mesure des allées et venues.

Ocean Infinity, une importante société britannique et américaine qui effectue des relevés des fonds marins, est en train de construire une flotte de navires robotisés par l’intermédiaire d’une filiale appelée Navy.

L’avenir de la carte

La nouvelle technologie sera cruciale pour la GEBCO.

Selon Dan Hook, directeur de la marine, des véhicules sans pilote et peu coûteux sont peut-être le seul moyen de combler les lacunes de la carte dans les endroits les plus reculés.

Une carte des fonds marins est fondamentale pour l'avenir des télécommunications.
Une carte des fonds marins est fondamentale pour l’avenir des télécommunications.

« Lorsque vous regardez la cartographie des fonds marins dans les zones les plus proches de la côte, vous voyez rapidement la justification d’un point de vue commercial », explique M. Hook à la BBC.

« Que ce soit pour les centrales éoliennes ou la pose de câbles, il y a beaucoup de gens qui veulent savoir ce qui s’y passe. Mais lorsqu’il s’agit de régions éloignées, l’intérêt est purement scientifique.

Jamie McMichael-Phillips est convaincu que l’objectif de son projet peut être atteint si tout le monde travaille ensemble.

« Je suis confiant, mais pour cela, nous allons avoir besoin de partenariats. Nous avons besoin des gouvernements, de l’industrie, des universitaires, des philanthropes et des scientifiques citoyens », déclare M. Phillips.

« Nous avons besoin que tous ces gens se réunissent si nous voulons fournir une carte des océans qui soit absolument fondamentale et essentielle à l’humanité.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité