Economie

La croissance en France s’accélère, mais reste en deçà de la zone euro

Alors que François Hollande martèle depuis quinze jours que la croissance de l’économie française s’est accélérée au premier trimestre, l’INSEE vient de donner des chiffres pour confirmer le « ça va mieux » annoncé par l’exécutif français. Concrètement, la première estimation faite table sur une croissance en hausse de 0,5%.

Alors que les économistes tablaient sur une hausse de 0,4%, ce 0,5% est donc une croissance meilleure que prévu. Elle confirme le +0,3% enregistré au dernier trimestre 2015.

Si la croissance de l’économie française s’est accélérée, c’est avant tout en raison de la consommation des ménages qui n’a jamais autant progressé depuis fin 2004. À cela, il faut ajouter le dynamisme des investissements des entreprises.

Cette « bonne » croissance est tout de même à relativiser. Elle est meilleure que les prévisions, même meilleure que celle de la Grande-Bretagne (+0,4%) sur le premier trimestre. Par contre, elle est inférieure à la croissance de l’ensemble de la zone euro qui est de +0,6%.

Concrètement, les dépenses de consommation des ménages ont rebondi de 1,2% sur le trimestre, ce qui est réjouissant après la quasi-stagnation de l’automne. Cette hausse est poussée par les biens fabriqués (+2,4%), l’énergie (+1,5%) et les services (+0,6%). Du côté des entreprises, les ont progressé de 1,6% au point de dépasser, en valeur absolue, le record établi au premier trimestre 2008, c’est-à-dire avant la crise.

En annonçant qu’une « croissance solide est enclenchée, avec une consommation en forte hausse et un investissement des entreprises qui accélère », le ministre des Finances Michel Sapin déclare aussi que « La production augmente et se traduit par plus d’emplois et un recul du chômage. Notre action porte ses fruits, nous la poursuivrons avec détermination dans les prochains mois ».

À l’inverse, le commerce extérieur a pesé négativement sur le PIB pour le troisième trimestre consécutif. Cela concerne aussi l’investissement des ménages, en baisse continue depuis maintenant près de trois ans.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité