Technologies

Les drones peuvent voler des heures… grâce à une pile à combustible

En raison de la capacité des batteries qu’ils embarquent, les drones ne peuvent voler que quelques minutes. Grâce à l’hydrogène, une pile à combustible leur procurerait une autonomie de plusieurs heures.

Les drones souffrent du même problème que les smartphones : l’autonomie. En raison de la capacité des batteries qu’ils embarquent, ils ne peuvent vole que quelques minutes. La société britannique Intelligent Energy annonce avoir résolu ce problème grâce à une pile à combustible.

Alors qu’une batterie standard permet à un drone DJI Matrice 100 de rester en vol une vingtaine de minutes, les tests effectués avec une pile à combustible à hydrogène ont permis à l’engin de voler pendant plus d’une heure. « Il existe un obstacle évident dans la longévité de la batterie et nous avons vu un besoin évident de l’augmenter », a déclaré Julian Hughes, le chef de la division électronique grand public de l’entreprise Intelligent Energy.

Le prototype d'un drone DJI Matrice 100 équipé d'une pile à combustible.
Le prototype d’un drone DJI Matrice 100 équipé d’une pile à combustible.

Pour son prototype, Intelligent Energy utilise une pile à combustible, convertissant de l’hydrogène en électricité avec comme seul rejet de la vapeur d’eau, pour simplement recharger en permanence une batterie conventionnelle. Lorsque le drone est à court de « carburant », le changement de la cartouche d’hydrogène ne prend que quelques secondes.

Le prototype de drone testé par Intelligent Energy est réellement du concret. L’entreprise britannique a en effet prévu d’en faire la démonstration lors du prochain Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, en janvier prochain. Pour l’heure, il n’est pas encore certain que cette configuration de drone soit un jour commercialisée. Une telle autonomie serait pourtant un réel plus.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité