Technologies

Pour le GLC Coupé, Mercedes propose un grand choix de motorisations

Il est exclu que Mercedes laisse la place libre au X4 de BWM ou au Macan de Porsche. C’est pour cette raison que la marque à l’étoile compte sur son SUV compact GLC. Ainsi, à l’occasion du Salon automobile de New York, c’est une variante Coupé qui a été présentée.

Pour ce GLC Coupé, Mercedes a repris une recette qui marche, à savoir les rondeurs qui ont déjà séduit de nombreux clients de la marque. En tant que modèle coupé, ce modèle a bien évidemment droit aux codes propres à ce type de véhicule, à savoir un pare-brise plus incliné, un arrière tronqué, une ligne de toit fuyante, sans oublier une hauteur totale rabaissée. Sans surprise, cette version reprend la face avant du GLC classique, alors que c’est le GLE Coupé qui a servi d’inspiration pour la poupe.

À l’intérieur, pas de surprise non plus. L’habitacle est celui du GLC. En résumé, le GLC Coupé ne révolutionne rien. Ce modèle ne fait que compléter l’offre Mercedes sur le segment des SUV compacts, le segment le plus porteur du marché.

D’ailleurs, ce GLC Coupé innove d’une certaine manière. En effet, l’offre en matière de motorisation du GLC pouvait sembler faible au moment de son lancement. Ce n’est pas du tout le cas avec ce modèle qui a droit à une très large palette de possibilités.

Le nouveau GLC Coupé est ainsi proposé avec des blocs classiques de 170 ch et 204 ch en diesel, ainsi que 211 ch en essence. Une version 43 AMG dotée d’un V6 biturbo est également proposé avec une puissance de 367 ch, en attendant certainement une 63 AMG de plus de 500 ch par la suite. Il faut encore ajouter une variante hybride rechargeable qui affiche 320 ch. Avec une telle offre, Mercedes veut clairement séduire un maximum de clients en jouant sur son offre de motorisations.

Pour finir, il faut encore préciser que la commercialisation du GLC Coupé est prévue dès cet automne. Bien évidemment, selon la motorisation choisie, son tarif pourra fortement varier.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité