Technologies

Une entreprise norvégienne va lancer le premier navire cargo électrique 100 % sans équipage

Le premier navire cargo entièrement électrique et sans équipage au monde traversera bientôt l’océan. Découvrez cette nouvelle technologie fascinante et comment elle peut contribuer à améliorer l’efficacité et la sécurité du transport maritime.

Le navire sortira à la fin de cette 2021
Le navire sera lancé à la fin de l’année 2021. Photo : Yara

Yara, la société à l’origine de cette étape importante de la mobilité, prévoit de faire le trajet entre la ville de Herøya et Brevik dans les mois à venir.

La mobilité électrique est en train de révolutionner le monde, car les gens ont compris que c’est grâce à cette source d’énergie qu’il est possible d’obtenir des résultats de haute qualité en matière de transport sans avoir un impact important sur l’environnement.

Dans cette optique, de nombreuses entreprises automobiles cherchent à passer définitivement à l’électricité et à arrêter complètement la production de véhicules à essence, un projet qui pourrait prendre plusieurs années avant de devenir réalité.

Cependant, pendant ce temps, l’énergie électrique continue d’avoir un impact sur la vie normale des gens, même en dehors des grandes villes. Par exemple, il a récemment été question d’inclure des moyens de transport maritimes qui, en plus de pouvoir se déplacer sous une technologie 100% électrique, peuvent également le faire sans la nécessité d’une présence humaine à l’intérieur.

En 2018, par exemple, un ferry a été lancé en Finlande et a réussi à transporter 80 invités VIP sans l’aide d’un équipage, ce qui a représenté une étape importante de la mobilité autonome dans le monde.

« Le navire a détecté des objets en utilisant la fusion de capteurs et l’intelligence artificielle et a évité les collisions. Il a également démontré l’amarrage automatique avec un système de navigation autonome nouvellement développé. Tout cela a été réalisé sans aucune intervention humaine de l’équipage », a expliqué RollRoyce, la société en charge du ferry, via un communiqué de presse publié il y a trois ans.

Aujourd’hui, Yara International, une entreprise norvégienne de fabrication de produits chimiques, veut franchir une étape encore plus importante en mettant en route un navire, baptisé Yara Birkeland, qui est non seulement 100 % autonome, mais qui utilise également une énergie propre (l’électricité) pour sa mobilisation.

« Yara Birkeland est un exemple de l’ambition de Yara d’innover et de trouver des solutions respectueuses du climat qui peuvent être commercialisées », explique l’entreprise.

L’entreprise a également indiqué que le navire a été créé avec l’aide de Kongsberg, une entreprise technologique avec laquelle elle s’est associée en 2017, « avec l’ambition de construire le premier porte-conteneurs autonome et sans émissions au monde ».

« En remplaçant 40 000 trajets de camions par an, Yara Birkeland réduira les émissions de NOx et de CO2 et améliorera la sécurité routière dans une zone urbaine densément peuplée de Norvège. »

Toutefois, l’entreprise a également indiqué que tout n’a pas été « rose » dans cette histoire, bien que cela ait été envisagé, car, comme il est logique, « les projets d’innovation s’accompagnent d’incertitudes et de défis », et dans ce cas, la « logistique autonome » s’est avérée être l’un des plus grands défis pour ce projet.

« La construction du navire s’est déroulée selon le calendrier prévu, avec de légers retards, notamment pour l’installation de la batterie, des systèmes de contrôle et de navigation. En ce qui concerne la logistique autonome à terre, l’équipe du projet est toujours à la recherche de solutions simplifiées », a ajouté Yara.

Rappelons qu’au début de l’année 2020, « en raison de la pandémie de covid-19 et de l’évolution des perspectives mondiales, Yara a décidé d’arrêter le développement du navire » pendant un certain temps. Avec tout cela, et après plusieurs mois de travail en 2021, l’entreprise assure que le cargo est pratiquement prêt, de sorte qu’elle devrait respecter les délais établis et le lancer à la fin de cette année, lorsqu’il mobilisera sa première cargaison de la ville de Herøya à Brevik.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité