Sciences

Le secret de la chauve-souris

Quand j’étais enfant, il y avait des chauves-souris dans ce que nous, les Madrilènes, appelons la rivière Manzanares, qui à l’époque ressemblait plus à un collecteur d’eaux usées.

Chauve-souris frugivore

En traversant le pont de Ségovie la nuit, on pouvait les voir voler sous les lampadaires pour se régaler de moustiques frais, ce qui était très apprécié par les habitants.

J’ai revu les chauves-souris dans les années 2000, lorsqu’elles ont été soupçonnées d’avoir transmis le virus Ebola et le SRAS (le premier SRAS ; maintenant le SRAS-CoV-2). Le virologiste Luis Enjuanes m’a alors donné un indice important : les chauves-souris sont des mammifères, elles volent et mordent.

Que pourrait demander de plus un virus ? Le fait qu’ils soient des mammifères les rend proches de nous ; le fait qu’ils volent leur permet de répandre un virus et je n’ai pas besoin d’expliquer le problème de la morsure.

Les seuls mammifères qui volent et mordent sont un réservoir de virus émergents.

Les scientifiques ont trouvé plus d’indices ces dernières années. Pour commencer, ils savent maintenant que les principales maladies virales apparues récemment – Hendra, Nipah, Marburg, Ebola, SRAS, MERS, covid-19 – désignent toutes les chauves-souris comme les suspects ultimes, pas nécessairement parce qu’elles vous ont mordu au cou, mais peut-être par le biais d’une espèce intermédiaire.

Les chauves-souris vivent longtemps pour un si petit corps, et pourtant elles n’ont presque pas de cancer. Cela indiquerait un système immunitaire fort, ce qui permet de tenir les tumeurs à distance chez les mammifères. Cependant, nos cousins volatils peuvent résister à un grand nombre de virus sans tomber malades.

C’est un paradoxe qui ne peut être résolu qu’en comprenant l’évolution particulière du système immunitaire des chauves-souris. Si un mammifère a été capable de voler, pourquoi ne pourrait-il pas adapter ses défenses à la dureté du monde qui l’entoure ?

Il y a plus de virus dans l’environnement qu’il n’y a d’étoiles dans le ciel nocturne, et chaque espèce doit trouver un moyen de les gérer si elle ne veut pas s’éteindre. C’est l’évolution, mon ami.

Le système immunitaire est souvent comparé à une armée qui se bat avec tous ses moyens mortels pour exterminer l’agent infectieux. La comparaison est imparfaite. Le système immunitaire ressemble plus au corps diplomatique qu’à l’esprit militaire.

Le système immunitaire est souvent comparé à une armée qui se bat avec tous ses moyens mortels pour exterminer l’agent infectieux. La comparaison est imparfaite.

Le système immunitaire ressemble plus au corps diplomatique qu’à l’esprit militaire. Elle a la capacité réelle de nous détruire de l’intérieur – l’arthrite, le lupus, le diabète I et 50 autres maladies auto-immunes en témoignent – mais elle ne le fait généralement pas car elle gère un équilibre exquis entre défense et tolérance.

Ces deux termes sont certes techniques, mais leur sens vernaculaire exprime très bien l’idée. Ce subtil équilibre a évolué chez les chauves-souris pour en faire le réservoir idéal des virus émergents.

Les 14 pauvres experts que l’OMS a envoyés à Wuhan (le foyer de la pandémie) ont passé deux semaines en quarantaine lorsque deux d’entre eux ont été testés positifs dans un contrôle à Singapour, mais ils ont déjà rempli cette obligation, comme le rapporte Macarena Vidal Liy de Wuhan.

Ils ont beaucoup de choses à faire, comme étudier le marché des fruits de mer d’où est née l’épidémie, mais tôt ou tard une chauve-souris apparaîtra sur leur chemin. C’est dans leur nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité