Sciences

SpaceX : reprise des lancements et nouvelle tentative de récupération du lanceur

La pression est de mise pour SpaceX. Une Falcon 9 doit décoller de Cap Canaveral pour une reprise des lancements, plusieurs mois après l’explosion de la précédente mission. De plus, après le succès de la récupération de son lanceur par Blue Origin, il faudra essayer d’en faire de même.

En juin dernier, le programme de lancement de SpaceX a eu un gros coup de frein lorsque la mission de ravitaillement CRS-7 a explosé en plein vol. Après que le rapport d’enquête ait révélé que la cause de cet accident était une entretoise défectueuse, la reprise des lancements était annoncée pour l’automne, avant d’être repoussée de quelques mois. Ils vont enfin pouvoir reprendre.

C’est de Cap Canaveral, en Floride (États-Unis), qu’une fusée aurait dû décoller dans la nuit de dimanche à lundi. Sa mission, baptisée ORBCOMM-2, consiste à mettre en orbite 11 satellites de communication pour le compte de la société Orbcomm. Ce lancement a finalement été retardé de 24 heures pour « profiter d’une meilleure fenêtre de tir ».

Suivre le lancement en direct de la fusée Falcon 9 de SpaceX

Pour les couches tard, il sera possible de suivre ce lancement en direct. SpaceX le proposera en direct sur son site (http://www.spacex.com/webcast/). Le compte à rebours indique qu’il est prévu pour 02h33 du matin (heure de Paris).

Ce lancement n’est pas seulement intéressant parce qu’il signifie la reprise des vols pour SpaceX. La firme d’Elon Musk se doit en effet de répondre à Blue Origin. En effet, jusqu’à présent, toutes les tentatives de récupérer le premier étage du lanceur se sont soldées par des échecs. De son côté, l’entreprise de Jeff Bezos a réussi à reposer son lanceur. Il va donc s’agir d’en faire de même pour rester dans la course de la récupérabilité des fusées.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité