Technologies

Disney réduit également de manière drastique sa publicité sur Facebook

La société avait été le plus grand annonceur de la plate-forme aux États-Unis au cours du premier semestre. Le boycott de la société par Mark Zuckerberg vise à renforcer les contrôles sur les "courriers haineux".

Disney a « radicalement » réduit sa publicité sur Facebook, qui est confronté à un boycott publicitaire de plusieurs grandes entreprises qui considèrent le réseau social comme une « plateforme de haine », a rapporté samedi le Wall Street Journal (WSJ).

Le logo Facebook
Le logo Facebook

Le média américain, qui cite des personnes connaissant la situation, souligne que Disney a été le plus grand annonceur de la plateforme aux États-Unis pendant les six premiers mois de l’année.

Le boycott actuel, promu par les organisations de défense des droits civils aux États-Unis, qui ont soutenu explicitement ou implicitement des entreprises telles que Coca-Cola, Verizon, Adidas, Ford ou le groupe britanno-néerlandais de produits de consommation Unilever (l’un des plus grands annonceurs au monde), veut que l’entreprise dirigée par Mark Zuckerberg modère de manière plus agressive ce qu’elle considère comme des « messages haineux ».

Selon la société Pathmatics, Disney a dépensé environ 210 millions de dollars en publicité sur Facebook au cours des six premiers mois de l’année, ce qui le place en tête des annonceurs, devant d’autres tels que la chaîne de produits pour la maison Home Depot, qui était en tête de liste des investissements publicitaires en 2019.

Le logo Facebook
Le logo Facebook

Des sources citées par la WSJ ont également noté que la plateforme de visionnage de films Hulu, dont les opérations ont été reprises par Disney en mai dernier, a également « mis en pause » ses dépenses publicitaires sur Instagram, qui appartient à Facebook-owned.

Selon Pathmatics, Hulu a dépensé 16 millions de dollars pour Instagram entre le 15 avril et le 30 juin.

Une des personnes consultées par le journal a déclaré que bien qu’il y ait moins de programmes pendant l’été, il est très peu probable que lorsqu’il y aura de nouveaux épisodes, ils seront promus à moins que les politiques de la plateforme sociale ne soient améliorées.

La plateforme a reconnu qu’elle doit faire plus de travail, selon le Journal, ajoutant qu’elle travaillera avec des groupes de la société civile, un groupe d’experts en publicité et d’autres experts « pour développer encore plus d’outils, de technologies et de politiques afin de poursuivre la lutte ».

Facebook a déjà déclaré avoir investi des milliards de dollars pour assurer la sécurité de ses plateformes et avoir interdit à 250 organisations racistes prônant la suprématie de la race blanche d’accéder à Facebook et à Instagram.

L’intelligence artificielle permet de retrouver près de 90 % des discours haineux postés sur la plateforme avant qu’ils ne soient publiquement identifiés.

Le logo de la société Walt Disney
Le logo de la société Walt Disney est affiché sur un panneau électronique au sol de la Bourse de New York (NYSE), New York, États-Unis, le 25 février 2020.

Aucune entreprise ne peut à elle seule affecter de manière significative la croissance de Facebook, qui a généré 17,7 milliards de dollars de revenus au cours du dernier trimestre seulement.

Mais de plus en plus d’entreprises augmentent la pression sur les autres marques pour qu’elles suivent le mouvement, et si vous ajoutez à cela un ralentissement économique alimenté par une pandémie, les risques pour Facebook sont encore plus grands.

« Étant donné le bruit que cela génère, cela aura un impact significatif sur les activités de Facebook », a écrit Bradley Gastwirth, analyste chez Wedbush Securities, dans un commentaire d’analyse. « Facebook doit s’attaquer à ce problème rapidement et efficacement pour éviter que les interdictions de publicité ne deviennent incontrôlables ».

Il y a quelques jours, la direction de l’entreprise a organisé une réunion virtuelle avec les représentants des groupes à l’origine du boycott, mais les résultats n’ont pas été bons.

Le New York Times a rapporté que le PDG Mark Zuckerberg et la directrice de l’exploitation Sheryl Sandberg se sont rencontrés pendant environ une heure par vidéoconférence, mais n’ont guère fait de concessions quant à leur politique de gestion des contenus des médias sociaux.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg.
Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg.

Une réponse négative est venue rapidement. « Il était très clair lors de notre réunion d’aujourd’hui que Mark Zuckerberg et l’équipe de Facebook ne sont pas encore prêts à aborder la haine vitriolique sur leur plateforme », ont déclaré les groupes dans un communiqué. « Au lieu de répondre aux demandes des plus grands annonceurs de la plateforme qui ont rejoint le boycott publicitaire de #StopHateForProfit en juillet, Facebook veut que nous acceptions la même vieille rhétorique, reconditionnée en une nouvelle réponse ».

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité