Technologies

Les employés de Google demandent à leur PDG de couper les contrats avec la police

Les employés de Google demandent à l'entreprise de mettre fin aux contrats avec la police

Quelque 1 600 employés de l’Alphabet demandent à Google de cesser de vendre des licences et des services technologiques aux services de police.

Sundar Pichai, le PDG de Google, et Philipp Justus, vice-président de Google pour l'Europe centrale, à Berlin, en Allemagne, le 22 janvier 2019.
Sundar Pichai, le PDG de Google, et Philipp Justus, vice-président de Google pour l’Europe centrale, à Berlin, en Allemagne, le 22 janvier 2019.

Quelque 1 600 employés d’Alphabet, propriétaire de Google, demandent à la marque de cesser de vendre des licences de messagerie électronique et d’autres services technologiques aux services et agences de police.

Les travailleurs se sont dits « déçus » d’apprendre que le géant de la technologie « cherche encore à augmenter ses ventes plutôt que de couper les liens avec la police ».

Plus de 1 600 employés de Google ont envoyé une lettre au directeur exécutif de l’entreprise, Sundar Pichai, demandant que l’entreprise cesse de vendre sa technologie aux services de police, ont rapporté les médias locaux.

« Pourquoi aider les institutions responsables de la mort de George Floyd à être plus efficaces sur le plan organisationnel », lit-on dans le texte des employés envoyé en interne sous le sujet : « Pas de contrats avec la police ».

Les travailleurs se sont également dits « déçus » d’apprendre que le géant de la technologie continue à vendre ses services aux forces de police et « cherche à étendre ses ventes plutôt qu’à couper les liens avec la police », contrairement à d’autres qui veulent « défrayer ces institutions ».

En tant que société, nous avons dépassé le stade où il ne suffit plus de dire « La vie des Noirs est importante », nous devons montrer par notre réflexion, nos paroles et nos actions que la vie des Noirs nous importe », affirme la pétition.

Selon les signataires de la pétition, « La lutte contre le racisme n’est pas seulement une question de mots, mais d’actions entreprises pour démanteler les structures mêmes qui le perpétuent. » Dans ce contexte, ils ont fait valoir qu’ils veulent être fiers de leur employeur et sont donc obligés de s’exprimer.

La porte-parole de Google Cloud, Cynthia Horiguchi, a déclaré que l’entreprise examine plus de 500 suggestions des travailleurs pour lutter contre le racisme, et que celles-ci sont en cours de révision.

IBM, Amazon et Microsoft

D’autres grandes entreprises technologiques ont déjà pris des mesures dans ce sens. Il y a deux semaines, IBM a annoncé qu’elle n’offrirait plus de technologie de reconnaissance faciale à la police et qu’elle s’opposait à la surveillance de masse. En attendant, le géant du commerce électronique Amazon va interdire à la police américaine d’utiliser son application de reconnaissance faciale pendant un an.

Microsoft a également annoncé sa décision de ne pas vendre sa technologie de reconnaissance faciale à la police américaine, en solidarité avec les demandes de justice raciale et les protestations massives contre la brutalité des forces de sécurité qui ont éclaté suite à la mort de l’Afro-Américain George Floyd des mains d’un agent à Minneapolis.

Bien que la société se soit retirée de certains accords, comme la reconnaissance faciale, elle a réagi à ces initiatives en déclarant qu’elle restait déterminée à aider les gouvernements en matière de cybersécurité et dans d’autres domaines.

« Nous nous sommes engagés à faire un travail qui fait une différence significative dans la lutte contre le racisme systémique, et nos employés ont fait plus de 500 suggestions de produits au cours des dernières semaines, que nous sommes en train d’examiner », a ajouté le porte-parole.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité