Sciences

Est-ce que la Terre pourrait être avalée par un trou noir ?

Les chances que la Terre soit avalée par un trou noir sont très faibles, ce qui n’empêche pas les astronomes d’imaginer ce qui pourrait se passer.

Bien que cela ne soit qu’un film, « Interstellar » montre pourtant bien que les trous noirs sont quelque chose que l’on n’aimerait pas rencontrer. Le risque pour la Terre est très minime vu que les astronomes estiment qu’il n’est que d’une chance sur un trillion. Cela n’enlève pas pour autant la question de savoir ce qui se passerait si notre planète se retrouvait dévorée.

Avant de nous avaler, un trou noir, même situé à une année-lumière de notre système solaire, pourrait fortement perturber l’orbite des planètes extérieures grâce à sa force gravitationnelle. Cela pourrait envoyer les planètes se fracasser les unes contre les autres.

En s’approchant de nous, le trou noir commencerait par rencontrer le nuage d’Oort, une zone où les comètes s’accumulent, ce qui projetterait violemment un grand nombre d’astres en direction de la Terre et les autres planètes.

À mesure qu’il s’approcherait encore, nous commencerions à le voir lorsqu’il arriverait au niveau de Saturne et Jupiter. Il serait visible en raison de son disque d’accrétion, composé de gaz et de poussières très chaudes, qui se formerait alors autour de lui à mesure qu’il dévorerait des planètes.

À la ceinture d’astéroïdes, comme pour le nuage d’Oort, l’effet du trou noir projetterait de nombreux objets en direction de notre planète.
Lorsqu’il sera assez proche de la Terre, l’atmosphère elle-même serait arrachée, tout comme notre planète, morceau par morceau. Cela provoquerait bien évidemment de terribles tremblements de terre et l’apparition de super-volcans.

Si le trou noir est suffisamment petit, seul notre Soleil pourrait éventuellement survivre à sa rencontre avec le trou noir.

Pour autant qu’un tel scénario se réalise, il ne resterait au final que le disque d’accrétion qui entourerait un disque de plusieurs millions de kilomètres de diamètre.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité