Sciences

Une étude explique pourquoi nous nous mettons tellement en colère sur les réseaux sociaux

Les médias sociaux sont censés communiquer et nous tenir au courant de ce qui se passe dans le monde. Cependant, une nouvelle étude révèle que ces plateformes sont devenues des espaces où nous sommes en colère la plupart du temps.

Selon une étude, il existe plusieurs raisons pour lesquelles nous sommes si absorbés par les médias sociaux.

Selon des chercheurs du département de psychologie de l’université de Yale, sous l’impulsion de leurs algorithmes, les réseaux sociaux récompensent davantage les utilisateurs qui partagent des messages suscitant l’indignation et sont capables de promouvoir ce même sentiment de colère dans le temps.

Selon William Brady, auteur principal de l’étude, « les incitations des médias sociaux changent le ton de nos conversations politiques en ligne ».

L’équipe de recherche a mesuré les expressions d’indignation sur Twitter lors de certains événements controversés. Ils ont également étudié les comportements des personnes afin de déterminer si les algorithmes favorisaient les sentiments de colère.

Les scientifiques ont même développé un logiciel d’apprentissage automatique capable de suivre l’indignation des utilisateurs sur le réseau social de microblogging, car ils devaient inclure un grand nombre de messages pour que l’étude soit concluante.

Les travaux ont porté sur 12,7 millions de tweets provenant de 7 331 utilisateurs et ont montré que « les incitations de la plateforme changent la façon dont les gens publient ».

Ainsi, les personnes qui recevaient plus de likes et de retweets lorsqu’elles exprimaient leur colère dans un tweet étaient plus susceptibles d’exprimer leur indignation dans les messages suivants.

Les chercheurs ont également constaté qu’en étant récompensés pour avoir exprimé leur colère sur les réseaux, les gens finissaient par accroître ce sentiment d’indignation au fil du temps, ce que les scientifiques jugent alarmant.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité