Technologies

L’Autopilot de Tesla fait l’objet d’une enquête pour accidents

La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) a lancé une enquête sur le système Autopilot de Tesla après avoir identifié 11 accidents impliquant le système de conduite assistée.

L'Autopilot de Tesla fait l'objet d'une enquête sur un accident.

Les accidents, qui remontent à 2018, comprennent un accident mortel et sept qui se sont terminés par des blessés, selon l’agence.

« La plupart des incidents ont eu lieu après la tombée de la nuit et les scènes d’accident rencontrées comportaient des mesures de contrôle de la scène, telles que des feux de véhicules d’urgence, des fusées éclairantes, un panneau de flèches lumineuses et des cônes routiers », a écrit l’Office of Defects Investigation (ODI) de la NHTSA dans un document détaillant l’enquête.

« Il a été confirmé que tous les véhicules impliqués étaient engagés sur le pilote automatique ou le régulateur de vitesse en fonction du trafic pendant l’approche des véhicules. »

Pour l’instant, l’une des principales conclusions de l’étude est que ce système de conduite a du mal à détecter les véhicules d’urgence en stationnement.

La recherche porte sur 756 000 voitures que l’entreprise a vendues aux États-Unis depuis la sortie du modèle 2014. Le travail couvre toute la gamme actuelle de Tesla, les Model Y, X, S et 3, de 2014 à 2021.

Le rapport en cours d’élaboration prévient également que les conducteurs de Tesla utilisent souvent mal le système Autopilot. Certains ont même été pris en flagrant délit de conduite en état d’ébriété ou sur le siège arrière alors que les véhicules se trouvent sur des routes très fréquentées.

« L’enquête évaluera les technologies et les méthodes utilisées pour surveiller, aider et faire respecter l’engagement du conducteur avec la tâche de conduite dynamique pendant le fonctionnement de l’Autopilot », a déclaré la NHTSA dans ses documents de recherche.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité