Technologies

Une Ford autonome sur les routes californiennes en 2016

Ford s’est enregistré auprès des autorités californiennes pour que ses voitures autonomes puissent être testées en situation réelle. Elles rouleront en 2016.

Mark Fields, le patron de Ford, l’a annoncé. L’entreprise prépare activement son premier véhicule entièrement autonome. Cette voiture pourrait rouler sur les routes américaines d’ici 2020, sans qu’il précise la date de sa commercialisation. Une chose est en tout cas certaine, le constructeur avance dans son projet.

Il vient en effet de demander l’autorisation de pouvoir tester des voitures autonomes en situation réelle sur les routes de Californie auprès des autorités. Elles sillonneront certaines routes et rues dès 2016. Plus précisément, le constructeur s’est enregistré auprès du programme officiel qui encadre les tests de voitures sans chauffeur.

Pour ses essais, Ford utilisera des Fusions hybrides (Mondeo Hybrid en Europe) sans conducteur. Ces voitures sont déjà équipées de technologies d’aide à la conduite, comme une caméra 180° à l’avant et des radars et capteurs à ultrasons. En plus, elles seront dotées de quatre capteurs Lidar pour créer en temps réel une carte 3D de l’environnement immédiat du véhicule. Pour Ford, ces essais doivent répondre à plusieurs questions : les interactions entre une voiture autonome et les piétons dans la réalité pour comprendre et élaborer des réponses appropriées à des événements inattendus, la compilation en temps réel des données de tous les capteurs dans le but de connaitre l’environnement à 360°.

Avec ces essais en situations réelles, Ford sort de sa ville fictive, près de Detroit. Il va s’agir de confronter le comportement imaginé par les ingénieurs à celui des autres usagers de la route. Il est à noter que le constructeur possède justement un laboratoire de recherche à Palo Alto, en Californie.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité