Technologies

Justice : Apple a violé trois brevets de Qualcomm

Qualcomm, le fabricant de puces mobiles a concouru une autre petite victoire juridique contre Apple dans une autre action en justice relative à un brevet.

Un jury devant un tribunal fédéral américain à San Diego a déclaré vendredi que Apple doit environ 31 millions de dollars à Qualcomm pour violation de trois brevets.

La plainte en matière de brevet de San Diego porte sur la consommation d’énergie et la rapidité des temps de démarrage des iPhone vendus entre le milieu de 2017 et la fin de 2018.

Qualcomm avait demandé à obtenir jusqu’à 1,41 USD de dommages-intérêts pour redevances de brevets impayés par iPhone contrefait vendu au cours de la période.

Le fabricant de puces a intenté plusieurs poursuites en justice contre le fabricant d’iPhone aux États-Unis, en Europe et en Asie ces dernières années. Les poursuites sont des escarmouches dans une plus grande bataille entre la paire sur les termes de la licence qui, selon Apple, est injuste et illégale.

Don Rosenberg, vice-président directeur et conseiller juridique de Qualcomm, a déclaré ce qui suit :

Le verdict rendu aujourd’hui à l’unanimité par un jury est la dernière victoire de notre litige mondial en matière de brevets visant à tenir Apple responsable de l’utilisation de nos technologies de pointe sans avoir à les payer. Les technologies inventées par Qualcomm et d’autres sont ce qui a permis à Apple d’entrer sur le marché et d’avoir un tel succès aussi rapidement. Les trois brevets reconnus coupables d’infractions en l’espèce ne représentent qu’une petite fraction du précieux portefeuille de dizaines de milliers de brevets de Qualcomm. Nous sommes heureux que des tribunaux du monde entier rejettent la stratégie d’Apple consistant à refuser de payer les frais d’utilisation de notre propriété intellectuelle.

Les modèles d’iPhone visés par la plainte sont les iPhone 7, 7 Plus, 8, 8 Plus et X, qui enfreignent deux brevets de Qualcomm, le brevet américain n° 8 838 949 («flashless booting») et le brevet américain n° 9 535 490 (gestion des données entre le processeur d’applications et le modem); et l’iPhone 8,8 Plus et X, qui enfreignent le brevet US 8 633 936 de Qualcomm (graphismes visuels riches et haute performance avec gestion de l’alimentation).

Les brevets ne sont pas contenus dans des modems et ne sont pas des normes essentielles pour les appareils cellulaires, a déclaré Qualcomm.

Reuters estime que l’attribution de dommages-intérêts au jury pourrait avoir une portée plus large si elle finissait par être prise en compte dans la poursuite en justice d’un milliard de dollars entre Apple et Qualcomm – en attribuant une valeur monétaire à une partie de la propriété intellectuelle de ce dernier, le procès de San Diego renforce potentiellement les pratiques en matière de licences de puces sont équitables.

Au moment de la rédaction de cet article, on ignore si Apple a l’intention de faire appel du résultat du procès. Reuters rapporte que le fabricant d’iPhone a refusé de commenter ce point, après avoir exprimé sa déception générale face au résultat.

Dans une déclaration fournie à l’agence de presse Apple, il a déclaré : « La campagne en cours en matière de poursuite en contrefaçon de brevet de Qualcomm n’est rien d’autre qu’une tentative pour détourner l’attention des problèmes plus vastes auxquels ils sont confrontés lors d’enquêtes sur leurs pratiques commerciales devant les tribunaux fédéraux américains et dans le monde entier ».

Cupertino a intenté une action en redevances d’un milliard de dollars contre Qualcomm il y a deux ans.

Il a des raisons d’être optimiste pour le procès, vu la décision préliminaire qu’il a rendue jeudi – dans laquelle un juge de la cour fédérale américaine a conclu que Qualcomm devait à Apple près de 1 milliard de dollars de paiements de rabais de redevances de brevets (via CNBC ). Le procès commence le mois prochain.

La Commission fédérale du commerce des États-Unis a également déposé des accusations antitrust contre Qualcomm en 2017, accusant le fabricant de puces d’exercer un monopole et imposant l’exclusivité à Apple tout en faisant payer des droits de licence «excessifs» pour des brevets essentiels.

Ce procès s’est achevé en janvier et est en attente d’un verdict de la juge Lucy Koh.

Dans le même temps, Qualcomm a également engagé plusieurs poursuites internationales en matière de brevets contre Apple, également avec un certain succès.

En décembre, Apple a interjeté appel en Chine afin d’annuler une décision préliminaire qui aurait pu bloquer les ventes d’iPhone sur le marché.

En Allemagne, les anciens modèles d’iPhone ont été retirés de la vente dans ses propres magasins en janvier, mais en février, il vendait à nouveau les deux modèles – avec des puces Qualcomm plutôt que Intel.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité