Sciences

Perseverance : la nouvelle mission de la NASA à la recherche de la vie ancienne sur Mars

Ce jeudi 30 juillet, le rover Perseverance sera envoyé sur la planète rouge pour étudier l’habitabilité du lieu et la possibilité d’y établir des établissements humains.

Persévérance est le véhicule le plus lourd jamais envoyé sur le sol martien, avec des caméras, des outils et des capteurs, un laboratoire mobile créé à l'image du rover Curiosity, qui parcourt toujours la surface de Mars.

Le 30 juillet, la NASA commencera le voyage du rover Perseverance, un robot préparé pour rechercher des traces de vie microbienne sur les terres de Mars.

En outre, ce projet ambitieux vise à recueillir une grande quantité de données pour une analyse ultérieure, qui pourrait déterminer les possibilités que les humains construisent des colonies sur la planète voisine en un peu plus d’une décennie.

Le 22 juillet, le lancement de Perseverance a reçu le feu vert après avoir approuvé son « Flight Readiness Review », c’est-à-dire sa revue de préparation au vol, que tous les lancements de la NASA doivent passer.

Ainsi, la mission, connue sous le nom de Mars 2020, débutera le 30 juillet et décollera du Centre spatial Kennedy, à Cape Canaveral, en Floride, aux États-Unis.

Perseverance doit atterrir dans le cratère de Jezero le 18 février 2021, après un voyage de six mois.

Ce site a été choisi pour son origine, puisqu’il a été produit par un lac il y a des milliards d’années, ce qui en fait, selon Ken Farley du Caltech, l’un des scientifiques impliqués dans le projet, « un endroit merveilleux pour préserver les micro-organismes afin que nous puissions les trouver maintenant, des milliards d’années plus tard ».

Le rover sophistiqué qui mettra le pied sur le sol martien est destiné à analyser la géologie et le climat de la planète, ainsi qu’à trouver des traces d’anciennes formes de vie microscopiques.

Pour ce faire, le robot à six roues dispose d’une caméra supérieure avec un laser pour capturer des micro images et de caméras panoramiques avec zoom.

Il dispose également d’une station météorologique, d’un radar de surface, de spectromètres à rayons X et à ultraviolets, d’une foreuse et d’un bras pour l’obtention d’échantillons et d’un système complexe créé pour convertir le CO2 de Mars en oxygène.

Il dispose également d’hélices, car il est destiné à effectuer le premier vol motorisé sur une autre planète.

Il fait 45 kilomètres de large, est situé au nord de l’équateur martien et a une histoire qui a attiré l’attention des scientifiques planétaires.

Le cratère du Jazero – c’est le nom de l’endroit où le véhicule Perseverance de la NASA accostera en 2021 – a un passé qui le rend spécial : si aujourd’hui les basses températures et l’aridité dominent la plus grande partie de la planète, il y a 3,5 milliards d’années, le paysage aurait été complètement différent dans la région où la nouvelle mission américaine vers Mars va descendre.

Inondé par une ancienne rivière, le cratère de Jazero aurait entraîné la formation d’un lac. Et là où il y avait de l’eau à l’état liquide, et dans ce cas avec des sédiments transportés par une rivière, l’étincelle de vie aurait pu s’allumer.

Si la recherche de signes de vie actuelle ou passée sur Mars n’est pas nouvelle, la recherche d’indices qui se rapprochent d’une réponse sur l’existence d’un passé avec activité microbienne sur la planète sera un enjeu central de cette mission, connue sous le nom de Mars 2020.

Le véhicule le plus lourd jamais envoyé sur le sol martien sera chargé de la recherche des traces de vie : le Perseverance rover mesure trois mètres de long, 2,7 mètres de large et 2,2 mètres de haut.

Au total, 1 025 kilos de roues, d’appareils photo, d’outils et de capteurs. Un laboratoire mobile créé à l’image du rover Curiosity, qui parcourt toujours la surface de Mars.

Perseverance permettra d’étudier la composition du sol, de mesurer la vitesse et la température du vent, la taille des particules de poussière, de mener des expériences, comme la transformation du dioxyde de carbone de l’atmosphère en oxygène, entre autres tâches. Bien que la question de la vie occupera une grande partie de ses actions.

La structure du rover est très similaire à celle de Curiosity qui se trouve actuellement sur Mars », explique l’astrobiologiste argentin Gerónimo Villanueva, chercheur au Goddard Space Flight Center de la NASA.

Le grand changement est maintenant l’instrumentation qui va dans le rover. Il a un profil beaucoup plus astrobiologique ».

En ce sens, le principal instrument qui balayera la surface de la quatrième planète du système solaire à la recherche de matière organique n’a pas de nom : comme le personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle, SHERLOC (Scanning Habitable Environments with Raman & Luminescence for Organics and Chemicals), un spectromètre monté sur un bras robotisé qui utilise un laser ultraviolet, cherchera à détecter des molécules qui pourraient être associées au développement de formes de vie.

Son assistant, bien sûr, sera Watson, un appareil photo de son cru qui lui permettra de voir les échantillons analysés en détail.

Mars et un passé habitable

La recherche de la vie passée sur Mars repose sur une hypothèse qui, au fil des explorations, s’est renforcée : il y a des milliards d’années, la planète aurait eu certaines caractéristiques d’habitabilité qu’elle n’a pas aujourd’hui.

« Il y a un consensus sur le fait que Mars aurait pu, dans le passé, avoir des conditions moins inhospitalières et donc plus favorables à la vie », déclare l’astrobiologiste Ximena Abrevaya, chercheuse à l’Institut d’astronomie et de physique de l’espace (UBA-Conicet).

Villanueva, quant à elle, déclare : « On pense que pendant le premier milliard d’années, Mars a connu une activité hydrologique intéressante, avec des rivières, des glaciers, peut-être des océans ou de grands réservoirs d’eau et de pluie.

Une atmosphère plus épaisse, l’humidité et l’existence d’eau liquide – un solvant universel – auraient fait partie de la « biographie » de la planète il y a quatre à trois milliards d’années.

À la recherche de documents sur la vie passée

La NASA a répété que les recherches viseront à trouver des preuves de vie passée. Pourquoi ne parle-t-on pas dans cette mission de trouver des traces de vie qui existent aujourd’hui sur Mars ?

« Il est possible qu’après que les sondes Viking aient exploré les possibilités de vie sur la planète Mars actuelle et que les résultats aient donné des conclusions indiquant qu’il n’y aurait pas de vie sur la planète Mars actuelle, de nombreuses recherches se soient ensuite tournées vers la question de savoir si la vie avait pu exister dans le passé et si elle est aujourd’hui éteinte », explique M. Abrevaya, directeur du Noyau argentin de recherche en astrobiologie.

« Alors que certains scientifiques pensent que les résultats de Viking n’étaient pas concluants en termes de catégorisation de l’impossibilité de la vie sur Mars dans le présent, il existe un courant qui indique la recherche de la vie dans le passé, influencé également par le fait que Mars est aujourd’hui beaucoup plus inhospitalière que ce qui était supposé être le primitif, et donc qu’il y aurait aujourd’hui moins de chances, bien que nous ne puissions pas le considérer comme nul », ajoute Abrevaya.

Villanueva, pour sa part, assure que la recherche de la vie actuelle et passée est liée, bien qu’il précise : « S’il y a de la vie maintenant sur Mars, il sera très difficile pour elle d’être à la surface, car le rayonnement est très fort, elle doit être très protégée, donc c’est très peu probable.

S’il y a de la vie sur Mars maintenant, c’est sous terre et Perseverance ne peut pas la mesurer ».

Que cherchera Perseverance

La curiosité a déjà détecté le soufre, l’azote, l’hydrogène et le carbone, entre autres éléments, extraits de roches argileuses, qui sont nécessaires à la vie.

Selon le scientifique argentin, l’idée est maintenant de découvrir à quel point la matière organique est commune sur Mars. « Ce que nous voulons voir, c’est s’il existe des matières organiques plus complexes », ajoute-t-il.

En attendant, le méthane détecté dans l’atmosphère martienne au cours des années précédentes a une origine qui reste un point d’interrogation, mais qui pourrait commencer à être comprise grâce au nouveau rover de la NASA.

« On ne sait pas encore si la source est biotique ou abiotique, c’est-à-dire issue d’un processus biologique lié à l’existence de la vie, ou d’un processus géologique, c’est-à-dire une réaction chimique ou géochimique dans laquelle la vie ne serait pas impliquée », explique M. Abrevaya.

Certains rêvent même de trouver des stromatolithes, des structures rocheuses formées par des micro-organismes, qui constituent le plus ancien témoignage fossile des premières formes de vie qui ont peuplé notre planète, il y a 3,5 milliards d’années.

« Si ces stromatolithes sont ici, peut-être ont-ils été créés sur Mars aussi et pourraient être des indicateurs fiables ou plus importants de l’existence de la vie là-bas », explique Mme Villanueva.

Cependant, l’astrobiologiste de la NASA explique : « Les stromatolites sont des éléments difficiles à distinguer. Vous avez peut-être des indices que vous les voyez, mais vous allez vraiment devoir recourir à deux méthodes essentielles pour voir si ce sont des stromatolites martiens.

Apporter des échantillons de roche et de matériaux de la planète rouge sur Terre pour de futures missions sans humains ou des analyses futures que les astronautes pourront effectuer in situ seront des étapes clés pour avoir des « preuves fiables », dit le chercheur.

Jusque-là, on ne peut guère dire que Mars ait jamais abrité de la vie, et le contraire ne peut être assuré.

Pendant longtemps encore, la porte restera ouverte, bien qu’avec de plus en plus d’informations sur la planète Mars, apparemment habitable, d’un passé lointain.

Le moment idéal pour se rendre sur Mars

Ces dates sont idéales pour commencer tout voyage vers la planète rouge, puisque durant ces jours, Mars est au point le plus proche de la Terre, à environ 57 000 millions de kilomètres, ce qui réduit considérablement l’énergie nécessaire à tout lancement.

Cela s’explique par le fait que l’orbite de Mars est très elliptique et celle de notre planète très circulaire, de sorte que la distance entre les deux varie fortement en fonction de la période de l’année où nous nous trouvons.

Ainsi, bien qu’il y ait des approches considérables tous les 26 mois, les distances les plus courtes entre les deux planètes se produisent tous les 15 ans, la dernière fois en 2018.

En fait, ce n’est pas la seule mission vers Mars prévue pour cette année. Les Émirats arabes unis et la Chine ont envoyé des sondes sur la planète rouge ce mois-ci, qui devrait également se poser en février 2021.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité