Sciences

Tremblement de terre au Maroc : plus de peur que de mal

La terre a tremblé ce lundi matin au Maroc. Un séisme de magnitude 6,1 a été enregistré à 62 km au nord de la ville d’Al Hoceïma. Plus de peur que de mal par rapport à 2004. Malheureusement, un enfant de 8 ans serait tout de même mort.

Le réveil a été un peu brutal ce lundi 25 janvier 2016 pour les habitants du nord du Maroc et du sud de l’Espagne. Ils ont été réveillés par un tremblement de terre de magnitude 6,1 à 04h22 (heure locale). Selon l’Institut américain de géologie (UGSG), l’épicentre se situait en mer Méditerranée, à 62 km au nord de la ville d’Al Hoceïma. La secousse a été ressentie dans le sud de l’Espagne et le nord du Maroc, notamment dans la ville d’Al Hoceïma et dans l’enclave de Melilla, territoire espagnol du nord du Maroc.

Un tremblement similaire avait frappé la ville d’Al Hoceïma en 2004, un séisme de magnitude 6,3 avait provoqué la mort de 630 personnes. Cette fois, le bilan est nettement moins lourd. Seul un enfant de 8 ans serait malheureusement mort à cause de ce séisme, alors qu’une demi-douzaine de blessés aurait été admise à l’hôpital. Sans que cela soit pour le moment vérifié, il pourrait encore y avoir une seconde victime selon le site d’information local Rif24.

Si le bilan humain est très limité, ce n’est pas le cas des dégâts matériels. Il y a eu plusieurs effondrements de pans de façades et de balcons. Le temps de s’assurer que tout soit sécurisé, les écoles sont restées fermées ce lundi.

Il est à souligner que la secousse n’a pas été unique. Après la secousse principale, la terre a tremblé encore plusieurs fois sous forme de répliques, notamment une autre secousse de magnitude 5,3.

Tremblement de terre au Maroc !
Tremblement de terre au Maroc !

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité